12/02/2012

11 février 2012 : Hennuyère : Le trail des Bosses... tempérotures !!!

Et voilà un jeu de mots qui ne peut être inventé qu'après 45 kms à l'arrachée (..rdepoule voir de canard pour certains!).

Je me dépêche de faire mon CR car si les photos arrivent avant, je sens que certains vont s'inquiéter... et sans doute à juste titre... et comme à l'arrivée, c'était Papy, je dois faire vite ! Rassurons tous ses gens, je vais bien et je recommence l'an qui vient !

Evidemment, comme ça, il va falloir attendre pour les photos... logique !

J'ajoute la photo de Laurent qui a été s'amuser à Couvin par une température aussi agréable qu'à Hennuyère...

 

Trail du challenge Claude Delobbe 025.JPG


Et bien, elles sont arrivées... Merci Papy !!!!

 

DSC_0573.JPG


Mais commençons par le commencement.

Le 13 décembre 1975 naquit un joli bambin... euh... c'est peut-être un peu exagéré...

Le 2 Janvier, vu ma promesse faite de ne pas m'inscrire avant Janvier à une course, je me retrouve devant le PC avec le bulletin d'inscription au trail des Bosses. Un choix s'offre à moi : 25 ou 45 kms ??? Le 25, je le connais, je l'ai fait l'an passé, j'ai fait 68kms de nuit début décembre, ce n'est pas le trail le plus technique du monde, il fait bon début février... autant de bonnes raisons de cocher 45... Aussitôt dit, aussitôt fait !

Plus qu'à attendre le 11/02... Normalement, ça ne devait pas tomber dans ma préparation marathon mais juste avant ! Évidemment, j'ai changé d'avis pour le marathon donc j'ai commencé ma préparation le 31 janvier, en même temps que la vague de froid, bien sûr...

En regardant les inscrits, une foule d'etéistes seront de la partie !!!!!!!... sur le 25... Ça pue ! Comme préparation, je me rend aux remises des mérites sportifs d'Enghien la veille ou notre Coach sera mis à l'honneur avec une interview presque en direct sur grand écran qui valait son pesant d'or ! Un petit verre pour fêter ça et au lit à minuit... bel esprit !

Samedi matin, me voilà donc avec tout mon paquetage prêt à en découdre avec le bois de la Houssière ! Température : -8°C... euh, et sinon, le cerveau, il est complet ???? Heureusement, je ne suis pas tout seul ! Vincent, Jonathan et Patrick sont déjà de la partie et notre supportrice : Christelle ! On arrive aux inscriptions et c'est Christian qui nous croise. Les rencontres vont se multiplier. Axel habillé comme à la ville, Jean-Marie, Folichon, Gregory que personne n'avait reconnu sous sa cagoule, Beno8, Yoda... La foule des grands jours ! Mais à nouveau, seul Folichon me suit sur le 45... bizarre...

Le départ est donné alors qu'on discute encore de Dieu sait quel sujet hyper-important ! Bon, on y va alors. C'est parti pour le show (enfin à -8, c'est plutôt parti pour le froid...). Dirk est là comme spectateur comme chaque année. Je calme le jeu jusqu'à l'entrée du bois. Là, je discute avec Patrick et on se rend compte qu'il faudra être concentré car c'est bien gelé par terre. Ca glisse et c'est dur comme de l'asphalte mais pas aussi plat, loin de là ! Je connais la première montée et je prend mon rythme (en tout cas, celui que je pense à ce moment là qu'il me permettra de finir convenablement la distance du jour!). Juste devant moi se trouve Christian qui semble bien. Dès les prémices de la montée, je prend les choses en main et je dépasse hors du sentier ! Trop facile ! Je suis assez bien et je bois convenablement. On voit Christelle un peu partout. Elle nous suit en voiture comme elle peut et elle est même accompagnée de Julien ! Bonne surprise ! Voilà l'arboretum avec au bout sa célèbre montée en sable... Je ne m'énerve pas et suit le petit groupe devant moi. En haut de la montée, j'ai un peu de mal à relancer mais ça va. On visite le magnifique bois sous la neige et j'apprécie. Arrive la bifurcation entre les 2 distances. Un encouragement venant de derrière et je quitte la foule pour me retrouver avec 2 ou 3 compatriotes. Mais pourquoi personne ne fait le 45 ??? Les paysages sont beaux aussi sur cette distance et je continue à tourner et à boire. Tout va bien ! (on est au 10ème kms aussi...). Une question commence à s'insérer dans mon cerveau... J'ai un besoin pressant mais est-ce bien raisonnable à -5°C ??? (oui, le soleil est sorti et mon GPS mental me donne la température au degré près!). N'y a-t-il pas un risque ?? J'essaye de reporter le problème... Pendant ce temps là mes prédécesseurs se trompent et je dois les rappeler alors qu'une énorme flèche indique la direction à prendre ! J'ai l'impression de devenir le premier de la course ! Je me dis que c'est le bon moment pour connaitre la réponse à ma question ! Bon, au moment même pas de problème mais après... ce n'est pas spécialement le plus agréable... bon, c'est pas tout, on a une course à courir ! Les chevilles sont mises à rude épreuve et je pense au THF et à Ben07. Je me concentre donc et malgré ça 2 moments de frayeur viendront ponctuer ma course mais rien de grave. Je suis assez frais pour éviter le pire ! On sort du bois et on se prend le vent glacial en plaine face pendant 2-3 kms. Je décide finalement de reboire un peu et là, horreur !!!! le tuyau est gelé... On est au 20ème km !!!! Bon, je le note et je m'en félicite. Le ravito est dans pas longtemps. Je vais bien devoir m'arrêter longtemps pour que ça dégèle. C'est bien dommage car il y a du foie gras et du vin blanc au ravito...;-). Petite séance ou je m'improvise caméraman pour un concurrent devant un splendide panorama avant de repartir. Bon, j'y arrive et je bois de l'eau, je mange du chocolat. Je teste, le tuyau est encore gelé ! Il va falloir se sacrifier ! Un morceau de foie gras et un mini verre de vin blanc et comme par hasard, le tuyau va mieux ! Je suis reparti !

On retrouve le parcours des 25 que je connais. Prairies gelées, petits portiques, bucolique à souhaits ! Je suis reboosté (mais quand a-t-il craqué finalement????). Je rattrape Jean-Marie avec les encouragements digne de son rang (il a participé aux 3 années d'existence de ce trail!). Un peu plus loin, c'est Audrey et Seb que je passe et je commence à me dire que je fatigue sérieusement en montée. Ca va encore mais pour un 23ème km sur 45, c'est pas bon signe... et quand j'essaie de boire... c'est gelé !!!!!! Vite un verre de vin ! Plus de ravito sur les 20 derniers kms... ça va être hard ! On se sépare des 25 et arrive une descente de la mort comme je les déteste ! Je m'arrête au-dessus pour voir si on ne peut pas l'éviter et je décide de manger ma compotine pour avoir quand même quelque chose dans le coco. Je repars. Je suis 13ème selon une signaleuse ! Le décor change un peu et on trouve plus de champs et de routes mais ça reste magnifique. Le vent est bien là par contre ! Je sens que mes cuisses voudraient de l'eau. Soudain, au 30ème, un mirage, un ravito volant ! J'en suis ravi et je me goinfre de coca, thé chaud, chocolat, tuc... Je dois tenir avec ça pendant 15 kms ! Et les crampes arrivent sournoisement... Je décide que je ne forcerai pas car ce n'est pas un objectif donc dès que ça coince un peu je marche ! Il faut bien admettre qu'à partir de là, j'ai beaucoup marché. D'abord en montée que ce soit sur chemin ou sur macadam. Ensuite petit à petit sur plat aussi... La déroute complète. Heureusement, le paysage reste magnifique et j'en profite. Je ne suis pas fâché mais je connais les derniers kilomètres et je ne suis pas au bout de mes peines ! Au 36ème, je sors du bois par une montée pour traverser la route. Des signaleurs sont là et me voient arriver de loin. Quand je suis arrivé à leur hauteur, un des leurs m'a demandé : « ça va, Monsieur ??? ». Il faut dire que je marchais alors que c'était tout plat. J'ai dit : « Oui, oui et j'ai recommencé à trottiner... ». On retrouve le trajet des 25 mais cette fois plus personne dessus. La longue ligne droite au dessus du bois est interminable avec 2 signaleurs au bout. Ma fierté m'oblige à courir, c'est quand même super plat de chez super plat ! Voilà arrivé la sablonnière que j’espérais bien molle malgré le gel. Eh bien, le sable, ça gèle aussi et en faisant de drôles de formes pas sympathiques pour les chevilles ! Je sais qu'au bout c'est à nouveau une montée de fou. J'arrive au-dessus encore assez facilement me semble-t-il mais pour repartir c'est super pénible ! Je n'ai plus de jus. Ma dernière cartouche va être brûlée : je sors mon gel qui devait servir à être mélangé à mon eau et je le prend directement vu que mon tuyau est toujours dans le même état ! Je pense que ça m'a permis d'arriver au bout. J'arrive tranquillement jusqu'au village d'arrivée mais je sais que ce n'est pas tout droit ! On rate un tournant avec celui de devant et on fait 200m de trop... On revient et on voit passer un couple à l'embranchement. On arrive dans les champs, moi bon dernier du groupe. Les autres se trompent à nouveau et je les rappelle. On traverse un champ à l'azimut. Je vois passer le couple au loin et il me semble reconnaitre ma célèbre traileuse qui me prend la plupart du temps 1/2 heure ! Là, on est à 2 kms de l'arrivée et j'arrive encore à me faire dépasser sans pouvoir réagir !!! Je râle sec mais je n'ai pas le choix. Les réserves sont vides de chez vide ! On revient dans le village et Joe Dassin entonne une chanson dans une serre le long du chemin !! Ca me rebooste une demi seconde (Meci Joe!). Je fini à travers le village en alternant marche (beaucoup) et trottinement (un peu quand il y a du monde...). Au pied de la dernière montée, je vois mon fan club et le présentateur en haut mais je n'ai plus rien et je fini de monter péniblement en marchant. Je n'ai jamais était aussi vide qu'aujourd'hui ! Je me jette sur la soupe et le coca pour essayer de remettre tout ça à niveau. Il me faudra 4 cocas, 1 soupe, un peu de fromage et me changer complètement avant qu'arrive après 40 minutes, l'idée de prendre un bon verre !!!! Je devais être crevé ! A peine, le verre en main que Folichon fait son entrée dans la salle. Il a l'air mieux que moi mais il a quand même bien souffert aussi. Un 45 kms, ça ne s'improvise pas fût la conclusion commune de la journée !

Pendant ce temps là, Jonathan fini 7ème du 25 kms et Vincent 13ème !!! Manu et Olivier s'en sortent avec les honneurs pour leur premier trail. Christian a dû s'arrêter à cause d'un fil barbelé récalcitrant apparemment mais rien de grave semble-t-il. Patrick semble s'être bien amusé et les autres aussi ! Un parcours magnifique, je me répète et je le pense !

Sur ce, vu la vitesse des 15 derniers kilomètres, mes jambes vont assez bien et j'ai quasi déjà récupéré après un bon repas ! Coooool ! Pour répondre à la question que tout le monde se pose... Oui, ils sont venus me chercher et je tape ce post du PC des Marronniers à Tournai avec un bâton coincé entre les dents pour atteindre les touches vu que mes mains sont toujours dans la camisole qu'ils m'ont offert à mon entrée. Et oui, je suis tout content de l'avoir fait malgré tout et je recommencerai (peut-être un peu plus intelligemment mais c'est pas sûr...! et sans doute pas tout de suite...)

 

DSC_0002.JPG

DSC_0020.JPG

DSC_0035.JPG

DSC_0110.JPG

DSC_0115.JPG

DSC_0118.JPG

DSC_0206.JPG

DSC_0207.JPG

DSC_0340.JPG

DSC_0359.JPG

DSC_0394.JPG

DSC_0424.JPG

 

DSC_0499.JPG

DSC_0500.JPG

DSC_0508.JPG

DSC_0554.JPG

DSC_0575.JPG

DSC_0578.JPG


Commentaires

Whaw Bob, quelle aventure ce trail, c'était de la folie... Content que tu sois arrivé au bout et entier :-) Tu es vraiment un grand malade des fois ;-) Bonne récupération et surtout bonne continuation.

Écrit par : rohnny | 14/02/2012

Les commentaires sont fermés.