04/07/2012

Juin 2012 : Bretagne : Test des différentes appellations des courses à pied...

Après les splendides foulées de l'ETE, je méritais bien un peu de repos (les autres aussi mais eux, ils se débrouillent pour en prendre ! On ne part pas encore toujours ensemble!). Mon choix avait été fixé sur la Bretagne. Pour peu de raisons précises mais beaucoup de raisons pas précises... (voilà qui ne vous dit rien mais le doute s'installe et j'aime faire monter le suspense petit à petit)

Un nouveau membre m'accompagne dans l'aventure ! Notre nouvelle mascotte ! Je lui apprendrai les bases de notre sport favori en commençant par le ravito.

IMG-20120616-00017.jpg

Le planning est le suivant :

  • premier week-end à Saint-Nicolas-du-Pélèm déjà connu pour son trail que j'ai fait en 2010 et sur lequel je retourne m'amuser

  • 2 semaines de marche à Vannes avec un parcours pas encore tout à fait prévu mais j'ai le livre du GR34 du coin et j'aimerai voir les « raiders » fous qui vont faire le tour du Golfe du Morbihan en courant le week-end ou je serai dans les environs.

  • Et pour finir, le trail des remparts de Vannes pour clôturer cette semaine qui s'annonce sportive !

On peut donc voir que je vais croiser 3 courses, 2 trails (dites trahil et non trèèèl car nous sommes en France...) et un raid (là, on dit rèèd et non rahid... allez savoir pourquoi...). Mais comment s'y retrouver dans ses noms ??? Quelle est la définition de trail et de raid ? Et pourquoi avoir choisi ses appellations pour ces courses là ?

C'est ici que tout bon coureur se perd un peu quand il doit choisir ses courses surtout quand elles sont dans un pays inconnu... J'avais déjà vu le marathon du Lubéron qui n'avait de Marathon que le nom et la distance exacte car allez-y pour faire un temps et vous reviendrez m'en parler ! Ce qui n'empêche en rien le fait que c'est un des plus joli marathon de France mais il pourrait quasi s'appeler trail car on y retrouve presque tout ce qu'on prend comme une définition de base d'un trail :

  • de la distance

  • de la nature

  • une organisation sympathique pour tous les coureurs du premier au dernier

  • une recherche de la découverte de la région

  • une organisation par des coureurs pour des coureurs donc sans failles

Ca, c'est la base.

A mon avis, pour les trails et les raids, on y ajoute

  • un minimum de ravitos pour avoir besoin d'un camel bag car ça en jette quand on court avec

Et pour les trails uniquement :

  • des dénivelées de fous et donc des relances et des parties ou l'on marche et de la technique. Il me semble que c'est ce point qui différencie les raids et les trails. La Saintélyon est dénommée raid et effectivement ce n'est pas technique. La difficulté vient de la nuit. Le tour du Golfe du Morbihan, c'est pareil. Pas trop technique, pas de dénivelées mais les kilomètres sont là et la nuit aussi...

 

Voyons maintenant, la pratique !

 

Saint-Nicolas-du-Pélèm :

Je le connais et la dénomination trail est plus que méritée car on ne voit pas plus de 300m de bitume sur toute la course et le nombre de relances est plus grand que le nombre de kilomètres parcouru par tout l'ETE en un an ! On est donc dans du bon trail et en plus cette année, on aura droit à de la boue à foison ! Et, bien sûr, le côté, courir pour le fun est bien présent aussi et l'organisation est sans failles. Le nombre de ravitos restreints car il faut prendre son ravito avec soin comme prévu. Je me prépare donc après une nuit écourtée par le feu de la Saint-Jean dans le camping... La mascotte va faire son premier trail officiel et est bien arnachée !

Saint-Nicolas-du-Pélem-20120617-00020.jpg

Saint-Nicolas-du-Pélem-20120617-00019.jpg

Malgré que cette course est devenue officielle depuis ma dernière venue, le nombre de partants reste limité et c'est bien dommage car ils mériteraient plus de monde ! On part, cette fois du camping même ! J'ai donc 250m à faire de ma tente au point d'inscription et au départ. C'est parti et le parcours sera quasi identique à la précédente édition et tant mieux ! 7 kms de fous pour commencer avec des relances partout grâce à des mini buttes dans la boue qui s'est invitée grâce à la pluie en continu durant la nuit... J'arrive au premier ravito et à nouveau je suis déjà mort... Je pense que le reste est plus roulant mais c'est sans compter avec la boue qui rend tous les chemins très difficile à gérer. Je le démontrerais grâce à mon premier cumulet complet dans la boue en course ! Dans une belle descente d'un chemin raviné, mon pied glisse et je me retrouve à faire un roulé-boulé complet avec E.T. Qui se demande pourquoi il est venu. Le voilà baptisé à la boue de Bretagne ! Plus de peur que de mal mais mon côté gauche est quand même un peu éraflé de bas en haut... Un peu plus loin, j'ai failli remettre ça mais je me suis rattrapé tout juste ! Pendant une grande partie du trail j'ai joué au yoyo avec un autre concurrent. Il me dépassait quand c'était technique avec relances et je repassais devant quand c'était un peu plus roulant. On a fini par en rire car on se laissait passer toutes les 2 minutes pour finir ! Au deuxième ravito, il est parti avant moi car j'ai un peu nettoyé ma jambe gauche pour constater les dégâts. J'arriverai quasi en même temps que lui finalement. Le reste du parcours m'a permis de revoir le menhir, la chapelle, l'étang et bien sûr quand un type m'a prévenu : « attention, il y a un trou ». J'ai mis le pied dedans... de la boue jusqu'au mollet. C'est avec plaisir que je suis arrivé sur les 3-4 derniers kilomètres qui étaient beaucoup plus roulants et sur lesquels j'ai pu rattraper un grand nombre de concurrents ! Ca m'a rassuré un peu car j'en ai bavé sur les nombreuses parties techniques et boueuses ! Je méritais bien ma crêpe-saucisse et ma bière ! C'est Bretons sont incroyablement proche de nos idées belges !

 

Raid du Golfe du Morbihan :

Je ne l'ai pas fais officiellement mais après de grandes réflexions, j'ai fait le parcours en marchant avec mon sac à dos pendant 9 jours. Je vois donc un peu ce qu'ils ont affronté. J'ai marché un peu avant eu sur le chemin et un peu après. Ils m'ont dépassé pendant ma 3ème nuit mais j'étais trop loin du sentier pour les voir malheureusement. Première remarque : bravo à l'organisation car le lendemain matin toutes les balises étaient déjà enlevées !!! Quel respect pour ce magnifique milieu traversé ! Deuxième remarque : ce sentier, de nuit, ça doit être assez casse-gueule quand même... et enfin, les paysages sont magnifiques et valent le détour !

De mon côté, j'ai donc fait les 177 kms balisés plus les quelques kilomètres pour rejoindre les campings chaque soir. C'était agréable d'imaginer les raiders qui allaient ou étaient passés par là. Et le retour à Vannes par le parcours du Marathon fût inoubliable... Quel beau marathon quand même, ce marathon de Vannes.

Vannes-20120628-00023.jpg

Vannes-20120701-00026.jpg

Vannes-20120701-00028.jpg

Spécial souvenir : l'arrivée du Marathon : le Kercado !

IMG-20120619-00022.jpg

 

Trail des Remparts de Vannes :

Vannes-20120701-00025.jpg

C'est ici que mes définitions se perdent un peu... mais je ne veux pas que ça fasse penser que cette course n'est pas magnifique. On y retrouve une équipe surmotivée à donner du plaisir aux gens et à faire découvrir sa ville. On y retrouve des relances plus nombreuses qu'on ne pourrait le penser. On y retrouve de la joie d'être là et de la bonne humeur mais pourquoi appeler ça un trail ??? Sans doute que pour nos amis français une course se doit d'être plate comme Enghien-Les-Bains et donc ici, ce n'est pas du tout le cas. Mais de ce côté d'Outre-Quiévrain (hommage à Les Nuls, bien évidemment...), une course sans une grosse côte ça n'existe quasi plus. Je me rappelle de Beaumont... Habay-La-Neuve... Erpent... qui sont bien plus proche du trail que celui des remparts de Vannes. En plus, à Vannes, on a droit à un 9 kms ou un 17,5. Un peu réduit pour un trail, non ? Et le 17,5 comprend deux fois le tour de 9 kms... ce qui est un peu en contradiction avec la définition de découverte du pays... C'est donc assez sceptique que je prend le départ, je dois bien l'admettre mais encouragé par l'ambiance du jour. Les chevaliers se battent au pied des remparts, un échauffement commun est organisé, Jack Sparrow poursuivi par des soldats anglais vient donner le départ,... du grand art et de l'organisation au poil !! Ils utilisent presque plus de rubalises que nous dans le Parc !!! On part vers la première montée en pavé. Ca roule et je pars trop vite pour quelqu'un qui s'est déjà bien dépensé durant la semaine. Je porte le Tshirt de l'organisation, il est orange... j'ai pas pu dire non quand ils m'ont demandé de le mettre pour faire une vague orange à travers Vannes... On traverse pour la première fois les jardins aux pieds des Remparts et on ressort pas nos premiers escaliers. Premiers ravito !!! après 3 kilomètres... on risque pas d'avoir besoin d'un camelbag malgré la chaleur du jour... C'est gai car on passe à travers la foule qu'on traversera 4 fois au total sur toute la course. Belle ambiance !!! On monte dans le Parc du dessus par des escaliers et on redescend pour aller via d'autres escaliers dans l'autre partie des jardins. Tout ça au milieu de la foule et guidé par des flèches en chaux ! On ressort des jardins pour trouver une rue qui monte jusque dans les hauteurs de Vannes et son Parc-rendez-vous des coureurs du coin. On aura droit à une traversée de champs, un autre ravito, le passage le long du port comme au Marathon et des zig-zags en ville jusqu'à la montée de la porte de la prison qui est normalement fermée et on fini par le passage dans le lavoir ! Jusque là tout va bien mais je vais devoir refaire le tout 2 fois et la fatigue se fait sentir... le deuxième tour sera beaucoup plus tranquille et c'est fourbu que je passe la ligne d'arrivée mais heureux de cette découverte ! Splendide course donc malgré son appellation bizarre. En même temps, je n'ai pas d'autres propositions de nom... donc c'est très bien trail des Remparts de Vannes finalement et longue vie à eux car ils méritent tous les éloges du monde pour l'organisation déployée lors de cette belle journée.

Il était temps de rentrer en Belgique pour voir si l'ETE avait aussi parcouru de nombreux kilomètres pendant ces 2 semaines.

Commentaires

Très chouette CR !
Et bien, c'est E.T qui a dû se demander dans quoi il était tombé! ;-) Ceci dit, il se la coule douce, bien pénard dans son petit sac, à voir du pays, pendant que ça court ou marche juste en dessous de lui! ;-) A quand son premier "trahil", raid ou marathon sur ses petites pattes? ;-))

Écrit par : Charlotte | 09/07/2012

Les commentaires sont fermés.