30/07/2012

29 Juillet 2012 : Marathon INTERNATIONAL de Nouméa : CQFD…

602634_10150992924758697_1397838107_n.jpg

Je suis donc sur une jolie terrasse privée devant l’anse Sainte-Marie de Nouméa pour vous écrire mon nouveau CR !! Il y a pire comme endroit. Il faut savoir qu’ici, c’est l’hiver donc la température ne monte pas au-dessus des 25°C mais ne descend pas sous les 20°C… Donc c’est un peu limite ;-)

Bon, je ne suis pas là pour faire le Monsieur météo mais bien pour frimer un peu et vous raconter ma dernière expérience scientifique liée au Marathon !

J’ai donc déjà, par l’expérience :

  • -      raté un Marathon par inexpérience : Beloeil
  • -      réussi un Marathon sans vouloir faire un chrono : Luxembourg
  • -      réussi un Marathon avec un chrono d’enfer sans le vouloir : Bruxelles I
  • -      réussi 4 Marathons en les préparant et en les courant de belles manières
  • -      testé des boissons énergétiques bizarres sur 2 marathons…
  • -      fait un marathon en endurance pour aider un ami

Mon intention était donc de faire une nouvelle expérience :

  • -      Est-il nécessaire de se préparer pour un marathon et quelle est la différence visible entre avec/sans préparation ?

Pour cela, je devais mettre toutes les chances de mon côté et préparer au mieux ma non-préparation…

C’est donc après avoir eu mon billet d’avion pour aller voir les connaissances que j’ai à Nouméa que j’ai appris que le marathon de cette ville se faisait pendant mon voyage. Mon planning course de l’année était bouclé et évidemment pas de Marathon prévu le 29 Juillet… Mais on ne refuse pas un TShirt et une médaille comme ceux-là !

Pour parfaire ma non-préparation, j’ai donc couru 62 kms 2 semaines avant la date fatidique dont 30 en trail et 22 kms de plus la semaine avant à Louette (à nouveau très éloigné du plat du Marathon…). Dernière sortie, une semaine avant : 30 minutes de décrassage après Louette… J’étais prêt pour l’expérience !

Lundi matin : départ de Mons pour Paris : 3h30 de voiture grâce à deux gentilles taxiwoman suivi de 4 heures dans Orly suivi de 1h d’avion vers Londres suivi d’un intervalle long pour arriver à être dans l’avion pour Singapour qui était déjà presque parti suivi de 7h d’avion pour rejoindre Singapour, une heure de pause et 6 heures de plus pour aller à Sydney. Pause de 9 heures avec déjeuner aux couques grasses et diner au McDo (la préparation nutritive va bon train après les repas d’avion…) et je fini par 2h30 d’avion pour rejoindre Nouméa ! Là, mon ami devra encore m’attendre un peu le temps que je remplisses le papier pour que l’aéroport puisses m’envoyer ma valise perdue dans les méandres des aéroports quand ils la retrouveront… C’est donc sans baskets de course, sans Tshirt de course, sans short, sans chaussettes, sans cardio et sans bob que j’arrive en ville… Plus que 4 jours pour tout retrouver… Pour corser le tout, il y a un petit décalage horaire de 9 heures à digérer en 4 jours aussi… Première nuit : 14 heures de sommeil !!!!! J’avais cru pourtant avoir bien géré le décalage…

L’expérience ne fait que commencer ! Etant chez des amis, ils m’aident à le faire à fond ! Donc petite Desperado Red en guise d’accueil, je ne refuse pas cette aide providentielle ! J’aurai encore droit à un apéro, une raclette et tout autre repas bien hors propos pour un marathon. Je suis aux anges ! On ne peut pas dire que je ne me donne pas à fond pour l’expérience ! Le clou de la préparation se fera le Vendredi matin lors d’une sortie Jetski dans le lagon ! Alors, je sais maintenant que le jetski détruit tous les muscles des cuisses et des fesses en moins d’une demi-heure top chrono… me voilà vraiment prêt !

 

561228_10150989053538697_1180267100_n.jpg

526629_4299900417766_1826080302_n.jpg

Pour me soutenir à fond, mon ami (Xavier ou Za pour ne pas le nommer…) a décidé de faire son premier semi-marathon le même jour ! Ca c’est un vrai ami !

Je décide, pour ne pas mourir et quand même assurer mes arrières, d’arrêter de déconner à partir du samedi soir ! Donc plat de pâtes à la régulière (après le dernier apéro le midi…) – eau et petit déj du Marathonien à 4 heures du mat’ (19.00 pour vous…). Ah oui, le Marathon est à 7.00… au cas ou je n’avais déjà pas assez de mal avec le décalage horaire… Je pense donc avec tout cela que j’avais magnifiquement non-préparé mon Marathon !

Parlons un peu de l’organisation Calédonienne du Marathon et de son côté International… qui, il faut bien le dire, s’accorde à merveille avec le but recherché par votre serviteur ! Dans la lignée de la préparation, nous (Za et moi-même) nous sommes rendus aux inscriptions vendredi à 17.00 alors qu’on pouvait s’inscrire jusqu’à … vendredi 18.00… quelque chose d’inimaginable pour un Marathon normalement préparé… C’est donc avec dans l’esprit la vue d’une file énorme que je me rapproche de l’endroit d’inscription. On se parque à côté de la grille d’entrée de l’hippodrome qui sert de lieu de rendez-vous dans un parking vide… Heureusement qu’il y a une banderole départ du Marathon sinon j’aurai cru qu’on s’était trompé d’endroit… On trouve une dame derrière un comptoir qui s’occupe des inscriptions des 4 distances prévues le lendemain… Un homme s’incrit avant nous. Xavier suit et s’inscrit au semi. La dame n’a plus d’agraffe pour clôturer son inscription et se demande ce qu’elle va faire. 5 minutes de réflexion et la solution est trouvée : je vais utiliser l’autre agraffeuse !... Viens mon tour, j’ai rempli le formulaire et je demande ou je peux ajouter le nom de mon Club. Euh… mettez le là au milieu du formulaire, je verrai après… Il ne se retrouvera évidemment nulle part… Elle me donne mon dossard avec 4 épingles et je souris : 99 – un dossard comme je les aime ! Et le cœur léger, on repart vers chez nous ! C’est quand j’ai rangé mon porte-monnaie que je me suis rendu compte que je n’avais pas payé… ;-)

Pour se mettre dans l’ambiance, on regarde le parcours… A première vue c’est fort court… après lecture, on se rend compte qu’il y a de nombreux aller-retour pour finir par faire les 42kms voulus. On se demande comment, vu les inscriptions, cela va se passer le jour M… entre aller du semi, retour du Marathon, 2ème aller du semi, 3ème aller du Marathon… C’est clair, ce marathon est spécial et le restera jusqu’au bout !!!!! L’expérience s’annonce des plus réussie !

La veille du Marathon, après avoir acheté un nouvel équipement complet, je fini par récupérer ma valise dans un coin assez sordide de Nouméa. Je pourrais donc courir avec mon Bob et mon TShirt normal. C’est pas plus mal ! Merci à Xavier pour les recherches effectuées à travers les dédales de l’administration aéroportuaire Calédonienne…

Finalement, on arrive dimanche à 6.15 : heure de départ vers l’Hippodrome. (oui, on démarre de l’hippodrome malgré qu’il existe aussi un stade mais bon, l’hippodrome, c’est mieux pour des coureurs…). C’est la foule des grands jours !!!! On s’oblige à mettre la voiture un peu plus loin pour éviter de la mettre à la même place que lors de notre inscription… les images d’Amsterdam me reviennent en tête et je souris ;-) C’est quand même plus cool ici. 200m d’échauffement pour trouver des toilettes propres et quasi vides entourées d’une nuée de Japonais qui viennent se mesurer à la distance mythique ou à sa moitié ! Xavier et moi, on a mal aux jambes… le Jetski est toujours là… 20 minutes du départ, les panneaux des kilomètres sortent dans une voiture de l’hippodrome… Ils sont dans les temps… On rejoint le peloton de 300 personnes et on se sépare en s’encourageant. Pas de puce, évidemment donc je me faufile un peu au milieu du peloton en me demandant ce que je vais faire (il est presque temps d’y penser…). 2 choix s’offre à moi :

-      Comme à Amsterdam : 5 minutes/km et je fini tranquillou.

-      Suivant l’expérience débutée il y a quelques semaines : Au cardio comme un vrai marathon et on voit ce qu’il se passe !

Le choix est vite fait… Il faut être à la hauteur de la préparation ! Choix 2 !!!!! Et c’est parti pour le show !!! Evidemment, pour que ce soit parfait, le vent souffle à 16 nœuds sur toute la côte… On va vraiment s’amuser !!! Je prend mon rythme et après 2 kilomètres, je rencontre la première montée, pas raide mais assez longue et je sais que je vais y passer 4x… On va faire un premier demi-tour à la baie des citrons et on revient. Je passe devant les percussions Japonaises ou les spectateurs du soleil levant me disent bonjour. Je leur répond de peur de les frustrer… On y passera 6x ! Les ravitos sont fait d’éponges humides pour beaucoup et de verres d’eau pour les autres… Rarement accompagnés par des oranges et des petits carrés noirs que j’ai pris pour du chocolat mais qui s’avèreront être des pâtes de fruit… Je n’ai pas testé les barres de céréales mais Xavier fût un peu décu de son test… Il va donc falloir gérer son effort seul car les ravitos sont un peu justes… et le soleil arrive ! Ca commence à chauffer et le vent est toujours là ! 12ème, je maintiens ma vitesse à 4.20/km et je me lance pour la première fois dans la partie vers Sainte-Marie… tiens, ça monte… tiens, ça continue à monter… et il va falloir revenir… et ça descend… et ça remonte !!!! C’est pire que Bruxelles ici ! et ce n’est que le premier aller… il faudra faire 2 allers et 2 retours !!!! On va se marrer !!! Ma moyenne commence à s’approcher des 4.30… puisque je garde mon cardio au même niveau. Je me sépare des gens du semi et vais faire le demi-tour plus loin (5 kms sous le soleil !). A mon retour, je croise pour la première fois la famille de Xavier au complet qui est là pour nous supporter ! C’est chouette et j’ai une supportrice attitrée qui me lance des « Allez, TitiLou » qui me reboostent ! J’ai déjà croisé 2 fois Xavier et je leurs dis donc qu’il va arriver. Je le recroise un peu plus loin et il semble bien géré sa course ! Ca me booste aussi ! Je refais donc tout le trajet pour faire un nouveau demi-tour au bout et retourner vers Sainte-Marie. Ca avait l’air un peu compliqué sur papier mais quand on est dedans, c’est assez efficace ! J’en suis à mon dernier aller vers Sainte-Marie quand je vois Za arriver pour son dernier kilomètre ! Je le félicite et on s’encourage mutuellement, c’est vraiment cool ! Par contre, je fatigue sérieusement… Nouveau passage devant mes supporters et nouveau « Allez, Titilou ! ». Je vais jusqu’à Sainte-Marie, 35ème kilomètre et je sens que c’est la fin, je n’arrive plus à tenir mon cardio au bon niveau depuis 2 kilomètres et je dois retourner face au vent. Je décide de tenir jusqu’à mon nouveau passage devant mes supporters ! Ils me permetteront donc de faire 2 kilomètres de plus en courant ! Encore un dernier « Allez, Titilou » et quelques mètres et je craque, je marche… Je suis complètement vidé, l’expérience est concluante, l’entrainement et la préparation sont nécessaires à un bon marathon. Je ne râle pas et je profites du paysage splendide qui s’offre à moi. La dernière montée est longue, très longue mais je profites un max. 40ème, ça redescend et mon estomac fragile va devoir se remettre dans un état normal… je marque donc mon territoire comme à Vannes ou à Pertuis sur un lampadaire isolé. Ca va mieux. Et je repars pour les 2 derniers kilomètres. J’en suis à 4.58/km donc proche des 3h30. Je n’ai pas mon temps total sur le cadran choisi. J’espère arriver en dessous ! dernier demi-tour au 41ème, je trottine, je suis à fond 4.59/km… Ca va être juste… A 500m, je change de cadran et je vois 3h29… Ca va vraiment être juste mais je m’en fous ;-) Je rentre dans l’hippodrome et Xavier m’acceuille ! C’est cool ! On arrive devant la tribune et on m’applaudit ! Le speaker dit « et voici un Belge !! » Pari réussi !!!!! Je me suis fait remarqué ;-))) Il est temps que ça s’arrête. Je récupèrerai avec Za dans les tribunes avant de tenter de rejoindre péniblement la voiture. On finira sur une terrasse avec vue sur le lagon en mangeant des pâtes accompagnés de la célèbre Leffe d’après-course. Voilà une expérience rondement menée ! CQFD ! 

 

207509_10150992926498697_1010383576_n.jpg

394595_10150993190193697_1183462072_n.jpg


Commentaires

Bravo les gars! Bravo pour ce nouveau marathon et ce premier semi! Il est maintenant temps de se reposer entre 4 heures de jet-ski, 2 heures de plongée sous-marine, 1h30 de décrassage au soleil et 5h de lever de coude en terrasse... ;-))) Proficiaaaaat et fêtez bien ça :-). Biz. Cha.

Écrit par : Charlotte | 30/07/2012

Très fière de vous 2 et de la belle amitié qui vous unit.
Plaisir de lire un si beau C.R.
Mamy

Écrit par : Mamy | 30/07/2012

Bravo mon ami, et un de plus ;-) bonne suite de vacance...

Écrit par : Rohnny | 31/07/2012

Excellent!
Sans préparation et avec le cerveau "en mode vacances" faire 3h30, je dis BRAVO!!!
J'ai eu peur un instant en lisant ce CR que le célèbre bob orange soit perdu à tout jamais dans un aéroport...

Écrit par : Chacal | 31/07/2012

Et alors, Monsieur-je-deviens-célèbre, il paraît, à ce qu'il paraît (;-)), que l'on passe dans le "fameux" Courrier de l'Escaut, sous le titre "Thierry Libert, 1er belge du Marathon de Nouméa..." Génial! ;-))

Écrit par : Charlotte | 02/08/2012

Bravo monsieur, que c'est agréable ce genre de vacances... Si tu as le temps, peux-tu envoyer ton plan d'entraînement à zatopek, ils devraient être preneur dans la rubrique "Je cours comme ça me chante"

Écrit par : guy | 14/08/2012

Ah, voilà tous les entraîneurs du monde enfin rassurés : une préparation peut s'avérer utile pour un marathon!

3h30 dans ces conditions, c'est ma foi exceptionnel.

Écrit par : easy.e | 18/08/2012

Les commentaires sont fermés.