24/09/2012

24h d'Ath (3) : J-1/J/J+1 : Week-end de folie...

DSC07151.JPG

DSC07188.JPG

Je vais essayer de remettre les grands moments de cette expérience sur papier pour, comme d'habitude, pouvoir venir les relire depuis ma maison de retraite et me souvenir... Ca va donc être long, très long... bon courage aux lecteurs !

Depuis 2 semaines, j'accumule dans ma maison des boissons non alcoolisées, des galettes, des compotines, du saucisson, du fromage, des tucs et tout ce qu'on peut imaginer pour un ravito digne de ce nom. Mais, ça ne suffit pas pour une organisation comme celle-là, il faut aussi une tonnelle, un barbecue, une table pliable ou 2, des chaises, 2 garmin, de quoi faire de la musique, une mascotte... et encore, j'ai fini par déléguer l'intendance des suiveurs ! Durant ses 2 semaines, je n'ai cessé de recevoir des messages d'encouragements de toutes parts ! J'ai presque l'impression que c'est une bonne idée ! Mon pari d'être dans le journal réussi et me voilà avec un peu plus de pression encore... mais cette pression est positive et je le sens. Je me rend compte que vouloir le faire sans le dire à personne aurait été du suicide. Je me sens soutenu et c'est le plus important ! Tout le monde veut venir voir ce sauvage qui va courir ! J'accepte toutes les propositions.

Le vendredi matin est presque trop calme, je regarde l'émission d'Arte : l'homme est-il fait pour courir et ça me rassure ! J’attends sagement Pat qui doit venir pour aller construire notre QG sur l'Esplanade. On charge les voitures et nous voilà parti. Je reste étrangement calme. On trouve une place de parking pas loin et on se rend à pied sur l'Esplanade pour savoir ou on pourra se placer. C'est à ce moment précis, au moment ou je vois l'Esplanade dans le même état que l'an passé avec ces tonnelles, ces tentes, cette effervescence que je réalise que c'est la dernière seconde pour faire demi-tour !!!! Mon esprit va tenter le demi-tour mais Pat continu à marcher vers la tente de l'organisation... Je suis bien obligé de le suivre. Je suis pétrifié ! On trouve l'organisateur qui est super accueillant et le restera jusqu'à la dernière minute de ce week-end ! Un type formidable ! Je demande un emplacement le long du chemin pour ne pas devoir passer dans les tentes durant la nuit. Il nous désigne un endroit pour nous mettre. Le temps d'aller chercher les voitures, Cath arrive et voici la première équipe au travail ! Il est 18.00, vendredi ! La tonnelle est montée mais finalement, elle est déplacée pour un autre endroit. Pas de problème, on est plus près de l'électricité et on a toujours un banc devant. On monte le reste sur notre carré de 7X7m et tout s'imbrique merveilleusement ! 1 tonnelle, 2 tentes, la place du barbec qui arrivera le lendemain et celle de la remorque. Beau travail, je peux commencer à manger mes pâtes sur la table prévue. A peine fini, Sylvain vient nous rejoindre pour passer, seul, la nuit sur le site. Enfin, seul sur notre emplacement... car il sera bien accompagné par les groupes autour ! Un dernier test pour le wifi par Hamtaro et ET me permet de continuer à tenir les gens au courant de l'avancement du week-end via FB. Tout semble en ordre, le stress de l'arrivée est parti et le bonne humeur des troupes me rend serein. Le Tshirt avec l'adresse Facebook pour Aurore est à l'entrée de la tonnelle. Je ne suis toujours pas sûr que c'est une bonne idée mais je vais le tenter ! Allez, au dodo !

550369_4562864391701_1531765088_n.jpg

252401_4563010035342_504935554_n.jpg

Je me retrouve dans mon lit à 22.00, super ! Jusqu'à 2 heures du mat', tout allait bien... et puis, soudain, la chaleur a envahi la chambre... et puis la neige suivi d'une pluie tropicale ! Bon, finalement après avoir détruit le matelas à force de me retourner dans tous les sens, je me suis levé vers 6.30, frais et dispo !  « Et qu'est-ce que tu vas faire aujourd'hui ??? »  « Je vais courir 24 heures ! » « Ha, bon. »

Je déjeune et en attendant le retour de Pat et Cath pour prendre le barbecue. Je rempli l'auto avec tout ce qu'il faut pour un barbec' pour alcooliques anonymes... 2 packs de coca, 24 litres d'eau, presqu'autant d'Aquarius... Les voisins doivent me prendre pour un fou ! Une malle à linge de vêtements de course, un sac de connections et prises de tout genre... Voilà Pat et Cath avec la remorque pleine de bois et une table en plus. On y ajoute le barbecue et la nourriture et c'est parti !

On retrouve Sylvain qui a pris le déjeuner pour tout le monde ! On vide les voitures pour remplir la tonnelle. Claire vient chercher le fût qui nous servira dans plus d'un jour pour fêter ça et à 11.00, je me retrouve seul dans la tonnelle pour une petite sieste au son de « Echoes ». Sérénité, ressourcement, concentration. Je pars visiter les sanitaires et à mon retour, je croise Pascal, un autre solo qui m'avait rassuré sur la possibilité de faire 24h puisqu'il en est à son 3ème... et l'organisateur nous présente un 3ème solo. Ça rassure d'en voir d'autres qui ont eu la même idée. Il est temps d'aller chercher le dossard. Ce sera le 5.

185280_4565900787609_1187994999_n.jpg

Mes accompagnants passent le relais. Pat et Cath vont courir un peu, Vincent reviendra aussi plus tard et Sylvain et Charlotte arrivent. Leur rôle pour l'instant me faire oublier la pression. Et ils y arrivent très bien en maintenant un niveau d'humour de qualité ! Petite visite de Jo, photographe de la région Liégeoise ! Les surprises commencent déjà alors que je ne suis pas encore parti ! Voilà, ma maman qui vient s'assurer que je suis bien entouré suivie d'amis d'Ath. Déjà, ses visites me boostent. C'est gai d'être soutenu par des gens de partout. Mais assez ri ! Il est 15.45 ! Il va falloir y aller. Et voici le 2éme moment ou je me rend compte du pari... Je suis face à la ligne et je revois comment j'en suis arrivé là. Jimmy vient m'encourager, Sylvain me soutien jusqu'au départ en me faisant rire, c'est ce qu'il faut !

485850_4774105196449_151169756_n.jpg

527600_4774104516432_798110033_n.jpg

Me voilà entre les barrières nadar et Christophe Colomb va envahir l'Amérique plus d'une fois avant qu'on soit lâché. Je rentre dans mon monde. Les solos sont tous en queue de peloton. Je regarde le ciel, il est bleu, je sautille, je suis prêt et je souris. J'avais lu que pour réussir un 24 heures, il faut partir avec le sourire aux lèvres. Je me rend compte que c'est vrai. Il faut être relâché, tranquille, décontracté. C'est parti, les yeux sur le cardio. Au moins 2 tours seul. Je récupère mon rythme endurance au premier tournant. La machine à courir est lancée ! Je connais le parcours de l'année passée. Ca me permet de ne pas avoir de surprise dès le premier tour. Je redécouvre les écoles d'Ath, le tunnel du chemin de fer, le canal, le passage sous la nationale, Irchonwelz, l'usine, la passerelle, la grand-place et la dernière montée en pavé. Premier tour, je m'arrête au stand pour boire de l'eau et de l'Aquarius et demande une banane pour le prochain arrêt. Et je repars ! Passage sur la ligne, on me cite au micro et on me donne mon temps : 27 minutes ! Avec la pause, c'est pas mal !!!! C'est peut-être trop ? Mon cardio est au mieux, je continue. Foulée rasante, respiration calme, détendu. Je suis dans mes 24 heures.

406475_4774107956518_904303132_n.jpg

545450_4774106516482_1112887605_n.jpg

3ème arrêt et commence le bal des invités ! Ca m'obligera à m'arrêter et à prendre mon temps, à me détendre en discutant avec eux et ça me poussera à finir mes tours pour savoir qui est arrivé ! Merci donc à tous d'être passé durant ses 24 heures ! On peut voir que je suis dans ma course avec ce regard fort gentil pour ceux qui vont encore rester plus de 24 heures debout pour moi... Je dois admettre que la politesse est la première chose que l'on perd quand on court et ça ne s'arrange pas avec les heures qui défilent... Je décide de faire encore un tour seul tant que ça tourne bien.

DSC06898.JPG

DSC06901.JPG

18.00 : Si je veux que Sylvain voit le parcours de jour à vélo, je dois le prendre avec. Commence donc le bal des accompagnateurs et je me rend vite compte que c'est un bonheur ! Vu ma vitesse endurance, je peux parler sans problème donc on déconne plein tube et le moral reste au bon niveau !

19.00 : 30 kms. J'arrive à la limite « Dixi » de la Saintélyon... et pour garder mon cardio, ma vitesse commence à chuter. Je viens de découvrir que ce qui est dur sur un 24h n'est pas de ne pas partir trop vite mais d'accepter de ralentir dès que le corps le demande ! Je vois ma moyenne chuter, la nuit tombe, les 35 kms arrivent, j'ai faim, il rafraichit... Le dernier kilomètre du 7ème tour est interminable, il me faut une solution. Heureusement, dans un coin de ma tête, j'ai la Saintélyon et sa dixi donc je sais que je peux passer ce mur du 35ème km mais je ne sais pas encore comment. J'arrive au stand ou j'avais demandé des pâtes et je trouve la solution : « lisez-moi les messages laissez par les visiteurs et les messages de Facebook !!!! J'ai besoin de ça, maintenant !! » et oui, la politesse est partie bien loin... mais ça marche ! Une citation de "David et Jonathan" et un cri d'Hamtaro entre autres et me voilà reparti avec le moral au beau fixe.  

DSC06909.JPG

On sort les frontales et les visiteurs se multiplient. Sur ces 2 photos, vous voyez la différence : avant et après discussion avec les visiteurs... et les plus chanceux ont droit à une photo avec leur tonton !

 

DSC06924.JPG

DSC06925.JPG

 

DSC06926.JPG


22.50 : Deuxième fournée de pâtes. Je rentre déjà dans la tonnelle pour bien montrer que pour moi, c'est déjà bien, que si on peut arrêter, il faut le dire. Mais l'équipe me rebooste et le corps repart à chaque fois de plus belle. Mon rythme est là et les moments ou je suis le mieux c'est quand je cours car ça va tout seul et je peux parler avec mon accompagnateur. J'ai pris des habitudes sur le tour. Des endroits pour boire, des petits passages, le coup d'oeil au beffroi pour voir l'heure...ça pourrait durer toute la nuit. Je me demande qu'est ce qui nous arrête à un moment donné !

DSC06929.JPG

00.00 : J'arrive au stand. Mic et Gaetane sont là. Cool ! Et on me dit que quelqu'un avec une perruque rousse à téléphoné... comment ils ont su qu'elle était rousse au téléphone ??? Mumu apparait et je comprend... les 2 prochains tours vont être sympas ! Les controleurs vont avoir de quoi tenir éveillé. Le numéro 5 commence à être connu ! Voyez sur la photo le regard de tueur du bob face à une bière fraiche...

 

DSC06937.JPG

DSC06938.JPG

DSC06947.JPG

2.00 : C'est Beno8 qui prend la relève. Je me change d'abord car l'humidité est bien là et il ne fait plus très chaud. Encore 2 tours à discuter. Je fini en espérant pouvoir dormir vite fait une demi heure. Je plonge dans la tente mais ma fatigue n'est pas assez grande que pour tomber dans les bras de Morphée. Je profite quand même pour faire bouger mes articulations : genoux, chevilles qui commencent à en avoir un peu marre. Ca me fait quand même du bien mais quand Sylvain vient me réveiller, je n'ai pas dormi... C'est pas grave, je repars !

C'est Japy qui va m'accompagner 2 tours en vélo avant 2 tours à pied me dit-il. C'est un triathlète donc il veut tester ses transitions et bien pour toute transition, il aura droit après ses 2 tours vélo à un plongeon monumental du Bob orange dans le fauteuil de la tonnelle. Je suis vidé !!! Il est 5.15, ça fait 13 heures que je cours, j'ai fait 105 kms et je suis mort de chez mort. Je ne sais plus bougé. Mon équipe essaie de m'envelopper tel Jésus dans sa crèche (Vous pouvez voir Marie sur la photo...) malgré mes refus catégoriques. Je fini avec un sac de couchage et 2 couvertures en grelottant. L'ambiance part un peu en sucette et c'est le gros délire dans la tonnelle n°5. Mais je devrais m'endormir, ce serait mieux. Arrive, un moment des plus improbables ou la MP3 lance les Dust Brothers avec les phrase de Fight Club que j'avais mise sur Facebook et ça me détend. J'écoute jusqu 'à la dernière note et je m'endors avec en tête "Where you are now, you can not even imagine what the bottom will look like" ... Le réveil sera aussi délirant que l'endormissement et c'est Bouh et Sully qui apparaissent dans la tente... Il est temps de repartir. On a quand même un 24 heures à courir ! Je reprend en priant pour que le soleil se lève. C'est avec Japy que je le verrai arriver et c'est tout bonheur !

 

DSC06950.JPG

DSC06956.JPG

DSC06958.JPG

La tête du coureur qui se rend compte qu'il a une équipe de dégénérés...Rigolant

DSC06962.JPG

Bouh et Sully !

DSC06967.JPG

8.12 : petit déj'. Je ne sais plus très bien pourquoi je cours. Je m'arrête de plus en plus longtemps mais je ne me décide pas à arrêter de courir. Stephane viendra faire deux tour avec moi puis Cath.

 

DSC06986.JPG

11.00 : j'arrive à la tonnelle et je crie devant mes soeurs revenues me supporter : « Onze heures, c'est une belle heure pour commencer à marcher ! » Un rapide calcul (durant un tour entier) m'a permis de me dire que vu ma vitesse et mon temps de pause, la marche sera aussi rapide donc on va pas forcer non plus. Le tout c'est de ne plus trop s'arrêter. Cette technique me permettra de calmer un peu les intestins qui ont du mal avec les ravitos originaux pris depuis 19 heures (malgré que « J'AI FAIT CACA !!!!!!!!!! » - comprenne qui pourra...) et d'avoir 20 minutes de pause avant le départ des 800m. Je pose donc la question de savoir pour info ma place au classement et là, encore une fois, je suis épaté par la réaction de mon équipe. Sylvain me répond : «  Tu as dit qu'on ne devait pas te le dire avant 14.00 » (maintenant que je l'écris, Fight Club n'est pas loin à nouveau...). Je les félicite et je repars en marchant. Au deuxième tour de marche, je prend Hamtaro avec et au troisième c'est Charlotte qui a enfin droit à voir le circuit ! A 2 kms de l'Esplanade, je croise Dozo avec toute sa famille et comme je marche, ils peuvent me suivre jusqu'à la tonnelle ! Super !

 

DSC07003.JPG

DSC07006.JPG

DSC07010.JPG

On se demandent pourquoi l'estomac a du mal...

DSC07015.JPG

La petie pause pour la photo du trio de grand malade !

DSC07021.JPG

13.40 : 20 minutes pour tout remettre à zéro et repartir sur les 800m. Je demande le classement. Je suis deuxième !!!! Le premier est intouchable mais les suivants sont à 10 kms ! Il ne faut pas craquer maintenant ! De nouveaux suporters sont arrivés ! Phélèèp et sa dame et Nadia. Je décide de tenter de recourir et de m'arrêter quand ça ne va plus. Je me rend sur la ligne de départ et j'attends l'ouverture des petits tours et je pars en courant ! Les organisateurs sont étonnés, normalement ce genre de tactique sont faites par les équipes, pas par les solo... et bien, tant pis ! Et ça tourne non de djap ! J'ai placé mon équipe à chaque coin pour pouvoir encore me nourrir pendant les 2 dernières heures et être soutenu tout du long. La vitesse est impressionnante. Henry fait un tour avec moi et il a presque du mal à suivre ! Nadia viendra aussi faire ses 800m. A chaque coin, on m'applaudit. Je tourne aux compotines et à l'eau. Les supporters se multiplient : Mes parents, Sev et toute sa famille, Bernard, Julie, David, Jonathan... Quand je traverse les équipes, c'est Jimmy, Thomas, Jean-Luc, Guillaume que j'entends. J'ai même droit à un encouragement d'un de l'équipe de l'année passée que je n'avais pas encore vu ! Au bout d'une heure, je vois le 3ème et le 4 ème qui marchent et en comptant le tour de plus de 5 kms qu'ils auraient pu faire, je sais que j'ai ma place et mon corps semble un peu fatigué (incroyable, non?). Je décide donc de faire la dernière heure en marchant à un bon rythme. Pat aura l'idée de génie de m 'apporter mes mascottes et je profiterais de cette heure pour savourer le moment, rassembler mes supporters sur la ligne d'arrivée et me rendre compte petit à petit que je vais le faire ! C'est incroyable, je dois être à 160-170 kms, je ne sais pas bien. Mon objectif des 150 était fait à 14.00 donc les 800m n'était que du bonus mais quel bonus ! De nouvelles pompom girls se dévoilent et je regarde le ciel... toujours sec... c'est incroyable...ou pas ! J'arrive encore à passer la ligne à 2 minutes de l'arrêt pour rajouter 800m et je profites de ce dernier tour pour arriver entouré comme jamais sur la ligne et là, tout est fini et l'émotion arrive...Je l'ai fait, nous l'avons fait, vous l'avez fait !!!!!!!! Aurore va être fière de nous !!!!! Il faudra au moins ça pour que je redeviennes normal... mais l'appel du fût de Troll est le plus fort dans les verres de la TXR ! Et, en prime, on a droit à des éclairs au chocolat de chez Vienne, les meilleurs du monde !!!!!!! Quel plaisir !!! L'équipe arrivera à tout ranger dans le temps que je mette mon pantalon de training... et c'est parti pour la photo officielle et la remise des prix. Une frite, une bière, une coupe et on peut aller se reposer un peu fier de ce que nous avons fait et en gardant ses moments d'amitiés incroyables en tête.

 

DSC07027.JPG

DSC07037.JPG

DSC07050.JPG

DSC07082.JPG

DSC07086.JPG

DSC07100.JPG

310549_3941864379991_1270264516_n.jpg

DSC07117.JPG

DSC07134.JPG

DSC07162.JPG

DSC07251.JPG

Merci encore une fois à tous, sur place ou pas. Vous avez tous été une brique de ce projet et le mur final est magnifique ! Espérons qu'il permette à Aurore de casser celui qui l'entoure.

 

Vivement le prochain défi ! Mais pas tout d'suite...

Commentaires

Adorable Cinglé, va.
A bientôt.

Écrit par : Ben ( 07) | 24/09/2012

Tu es un FOU!! Et on t'aime! :-)
Merci de ce que tu fais pour nous
C dingue et on adore ça
Yes!
Pierre

Écrit par : Pierre | 25/09/2012

rien quà lire ton aventure j'en ai des frissons....
bravo l'ami...

Écrit par : jmj | 25/09/2012

Bravo, tu l'as fait !!!
Et pour une juste cause.
Merci pour l'exemple.
Repose toi bien.
La bise. Mic

Écrit par : Cowmic!!! | 25/09/2012

Heureux d'avoir pu t'encourager dans les 2 dernières heures de ce défi de malaaaaatttte ;-)
Je suis HONORé d'avoir pu t'accompagner durant 800 mètres ... mais non didjaappp, après 22h00, tu cours aussi vite que moi durant le marathon LoL

Écrit par : HENRY | 25/09/2012

Je constate que le joggeur, coureur ordinaire, est capable de trucs extraordinaire.

Compliment au héros de la bonne cause et à tous ses supporters, y compris Athois.

tignona

Écrit par : tignon andre | 27/09/2012

Bravo, Thierry!!! Magnifique 2ème place pour un super défis... reposes toi bien maintenant...

Philippe

Écrit par : Philippe n°15 | 28/09/2012

Tu es un grand malade, je confirme mais c'est tellement bon de voir tes exploits et celui-ci est vraiment incroyable. Je suis fier de toi Thierry.

Écrit par : Rohnny | 29/09/2012

Les commentaires sont fermés.