08/10/2012

7/10/2012 : Lyon : Et pour finir, on a fait combien de kilomètres ???

 

 

Lyon-20121005-00148.jpg

Celui qui comprend ce schéma à droit à tout mon respect...


Bon, ce qui devait être un weekend sportif de Club s'est transformé en un truc incroyable avec des gros morceaux de surprises dedans !!!! Et ce n'est pas pour nous déplaire !

Au départ, vendredi, ça paraissait un peu foireux, le Club partait dans toutes les directions : La flèche dès l'aurore à Bruxelles via un TGV, Manu, Bob, Michèle et Jean-Luc en voiture juste après, Bernard encore plus tard en TGV aussi... il faudra encore un TGV pour amener le reste de la troupe à bon port... et contre toute attente, on arrivera tous en même temps à l'hôtel !!!! Le temps de se répartir dans les chambres et nous voilà prêts pour aller chercher les précieux dossards du weekend !

Lyon-20121005-00149.jpg


On découvre le piétonnier de Lyon qui nous conduit tout droit au village marathon. C'est avec une joie assez bien simulée qu'on découvre que le Tshirt du semi-marathon est le même que le trail des remparts de Vannes et du trail de la côte d'Opale avec son orange pétant des plus seyant et sa coupe digne d'une robe de nuit... Si j'avais été sur le marathon, j'aurai eu un noir... mais je ne craque pas !! Je suis ici pour faire le semi tranquillement et je ne craquerai pas ! De nombreuses fois, je me retrouverai face au panneau qui décrit les parcours et jamais je n'arriverai à comprendre qui part par ou et quand on se sépare et quand on se rejoint. Mon cerveau ne semble pas vouloir de cette information...

On va à la découverte de Lyon et à la recherche d'un peu de ravitaillement en vitamines B. Les terrasses ne sont pas nombreuses dans le quartier ou l'on est et on fini dans un bar à boire de la Kwak... ça valait la peine de faire le voyage...

IMG-20121005-00150.jpg


Pour le soir, on avait droit au resto près de l’hôtel avec large carte au choix pour toutes les envies. L'ambiance montait et l'imagination était déjà au pouvoir... de là à imaginer un accouchement en plein marathon... il n'y a qu'un pas, qu'on a franchi... ou pas...;-) En tout cas, c'est repus qu'on est rentré à l'hôtel pour notre première nuit Lyonnaise.

Le lendemain, on a quand même un peu visité la ville malgré le manque de motivation à marcher de nos 4 marathoniens présents. Les semis-marathoniens ne se sont pas fait prier pour marcher le moins possible aussi... surtout si pour cela il fallait s'asseoir à une terrasse Danoise avec des Leffes au demi-litre... On aura quand même vu le vieux Lyon, quelques traboules, le funiculaire, l'église de Fourvières et pour certains les amphithéâtres romains ! Un peu de culture, ça ne peut pas faire de mal !

On retrouvera tout le monde + 2 nouveaux arrivants au village marathon, point névralgique du weekend. On profiteras pour aller faire une petite sieste à l'hôtel avant de se rendre au traditionnel resto à pâtes du samedi avant marathon ! On y retrouvera les derniers arrivants et on y mangera comme des rois et très bien servi ! (comment, je ne suis pas objectif ??)...

Jusque là, donc, tout se passait comme prévu. J'étais serein. Je devais retrouver un collègue au départ le lendemain pour faire le semi en rythme endurance pour ensuite attendre sagement l'arrivée des autres membres de l'ETE et surtout des marathoniens. C'est au dernier passage à travers le village marathon, au retour vers l'hôtel, que tout bascula...

Jonathan vint vers moi alors que j'essayais pour la 10ème fois de comprendre les différents parcours et me dit en aparté : « Tu as toujours envie de voir l'intérieur du stade Gerland ???? »

Il faut savoir que ce marathon fût choisi par votre serviteur pour se venger de l'arrivée de la Saintélyon de décembre ou il était arrivé, non pas dans le stade mais dans la salle de sport juste à côté ! Je n'avais donc pas vu l'intérieur. Le parcours du marathon nous le promettait ! Comme vous savez, j'ai fait, il y a 2 semaines, un truc assez fou que pour renoncer au marathon et donc passer sur le semi et surtout abandonner le projet de la traversée du stade. Jonathan était un peu dans le même cas, ayant fait son marathon par surprise la semaine d'avant à Varsovie... On était donc tous les 2 un peu frustrés de ne pas aller jusqu'au stade... jusqu'à cet instant fatidique !

J'ai évidemment répondu : « oui ! Pourquoi ? »

« il y a moyen de finir le semi, prendre le métro jusqu'au stade pour retrouver Cath et Pat à leurs 30ème kilomètre, passer le stade avec eux et revenir tranquillement ! »

Il m'a fallu 2 bons dixièmes de seconde pour trouver cette idée formidable et pour décider de ne plus dormir tellement j'étais énervé ! Manu se demande encore comment on peut bouger autant durant une nuit...;-).

La condition était, évidemment, de ne rien dire à personne pour faire une surprise à Cath et lui remonter le moral au 30ème ! Le côté encore un peu plus épicé vint du fait que Jonathan avait un dossard du marathon (mais à l'informatique, il était remis sur le semi) et moi, j'avais celui du semi... Pour corser l'affaire et pour que Cath ne se doute de rien, on avait décidé de l'encourager au semi. Ce qui limitait notre marge de manœuvre point de vue timing ! N'était-ce point une splendide bête idée comme on les aime ??? J'oubliais... j'avais prévu de courir avec... Hamtaro sortant de mon camelbag pour soutenir une non-semi-marathonienne du jour... Il y a donc moyen de faire plus idiot comme projet de journée mais je laissais ça à l'improvisation, vous allez voir !

Après donc une nuit de non-sommeil comme on les aime, on se retrouva tous au déjeuner pour faire le plein. Les mascottes étaient réparties par distance : E.T. avec PAt sur marathon et Hamtaro avec moi sur le semi.

Lyon-20121007-00155.jpg


J'avais calculé toute la nuit et je devais faire mon semi en 1h50 pour pouvoir rentrer dans le timing voulu. C'était déjà un peu plus vite que prévu... Rendez vous donc à 10h50 au passage des marathoniens au bout de la place Bellecourt avec Jonathan.

En allant au départ, je me rend compte que je n'ai pas le numéro de mon collègue Jeremy... ça part fort... après recherche, je le trouve et on se donne rendez-vous à la consigne ! Bonne idée ! 2000 personnes tentent de mettre leurs sacs à la consigne en même temps... Heureusement, j'ai un bob orange et il est grand. On se retrouve donc ! Après un dernier encouragement aux etéistes, on part à 2 dans notre box. Pas de stress et on attend le départ avec Hamtaro dans le dos. Je suis encore confiant sur la tournure de la journée... et c'est parti !

Pas trop de bousculade au départ, il faut dire qu'on est pas stressés ! On prend une petit vitesse sympa. Je laisse Jeremy donner l'allure vu que je n'ai jamais couru avec lui. On discute, on rigole des coureurs autour, on discute marathons... quand je vois des etéistes, on les accompagne un peu et on continue notre chemin. On dépassera donc « Albert et Manu » pour le semi et « Cath et Pat » qui sont déjà bien concentrés pour la grande distance. J'essaie de coacher un peu Jeremy mais il n'en a pas trop besoin, il a l'air bien tranquille. Les kilomètres défilent et le décor est beau. Un parc, des girafes... je garde un oeil sur le chrono mais ma capacité de faire des calculs n'est pas top. On trouve le drapeau des 4 heures marathon au 12ème kilomètre et je râle car je pense qu'il n'est pas du tout dans les temps... arrivé proche du 15ème (les caluls sont tout de suite facilité...) je me rend compte qu'il est dans ses temps et que moi, j'ai intérêt à me bouger le cul pour arriver en moins d'une heure 50 à l'arrivée et encore relier le point de rendez-vous au bout de la place ! Je préviens donc Jeremy que je le quitte au prochain ravito ! 15 ème kilomètre : 1h20... j'ai donc 25 minutes pour arriver ce qui me laisse 5 minutes pour traverser la place et trouver Jonathan... 25 minutes / 6 kms... euh... 4 min/km... c'est chaud mais faisable... ! Et c'est parti pour le show d'un Hamtaro sprintant entre tous les coureurs en zigzaguant pour éviter de les pousser dans l'égout ! Le dernier ravito fut pris tellement vite que à la place de boire la boisson énergétique, j'ai pris une douche à la boisson énergétique donc mes lunettes furent inutilisable pour les 2 derniers kilomètres et j'ai dû m'asperger d'eau pour me rincer en continuant à sprinter... A 500m de l'arrivée, David, en spectateur, me signale que Bernard est à 200m. Je relance comme je peux et je vois le logo ETE au bout de la rue et le ballon d'arrivée 50m plus loin... tant pis pour l'arrivée commune, je suis à fond ! J'arrive donc au sprint à l'arrivée. A 50m, je vois les photographes et une idée lumineuse me vient : je me retourne et passe les photographes en marche arrière pour immortaliser le passage d'Hamataro...

arrivée2.jpgarrivée.jpgarrivée4.jpg


Juste le temps de féliciter Bernard, de donner ma puce à l'organisation et je retrouve Jonathan au bout de la rue. 10H50 quasi tout pile ! Quelle gestion ! Mais rien n'est encore fait, ça ne fait que commencé et déjà ma cheville me rappelle mes 24 heures... J'ai juste le temps de changer de Tshirt que j'avais planqué dans mon camelbag que Cath et Pat arrivent pour leur passage au semi : 2h08, avec le décalage dû au box, on trouve ça tout à fait bien ! Et Cath semble tout à fait dans sa bulle !

Lyon-20121007-00156.jpg


Bon, c'est maintenant qu'on s'amuse. On attend 5-10 minutes que Bernard revienne avec la veste de Jonathan mais après un certain temps on décide de partir sans car l'heure avance ! Durant l'attente, une dame demandera à Jonathan si il a vraiment fait le marathon car il porte toujours son dossard. Il est 11h16 donc il aurait fait son marathon en moins de 2h16 en se retrouvant à parler normalement sur une barrière nadar à 300m de l'arrivée... On a rassuré la dame... C'est pas le tout de draguer mais on a un stade à visiter ! On se rend au métro ou on retrouve les coureurs qui rentrent chez eux. Jonathan avec son dossard marathon passe un peu pour un gros tricheur... On se donne 10 crédits pour réussir notre pari ! Le premier est perdu lorsque le premier métro pris s'arrête après 2 mètres... tout est noir... ok, pas d'énervement... 2 minutes et c'est reparti. 2 arrêts et on doit changer de métro. Les escalators ne font que monter et nous on doit descendre... Jonathan a fait son semi en 1h24 une semaine après un marathon et moi j'ai fait 5 kms en sprint 2 semaines après un 24 h... les escaliers font mal. En plus, une petite fille se met devant nous et descend très lentement... encore un crédit de perdu... On arrive au quai et... on voit partir le métro vers le stade... encore un crédit en moins... le suivant est dans 3 minutes et il est 11h40.

Lyon-20121007-00157.jpg


Suivant nos calculs, Cath doit arriver au stade vers 11h55-midi... c'est jouable... On monte dans le suivant, 4 arrêts et on sort à l'arrêt voulu. Ici, on doit remonter donc on espère trouver des escalators ! Évidemment, les 4 volées d'escalier qui nous mènent à l'air libre sont en béton on ne peut plus immobile... encombrés de jeunes avec trottinettes qui balancent dans tous les sens... encore un crédit de foutu... Dans le métro, on a décidé de revenir du stade en courant avec nos marathoniens puisqu'on a pris qu'un billet aller... Jonathan ayant compris les parcours me dit, il y a moyen de s'arrêter au 35ème et de les récupérer au 40ème. Ça nous fera que 7 kilomètres à courir ! Deal ! Bon, ce n'est plus le temps des calculs, je reconnais le stade de mon passage à l'arrivée de décembre. On court vers un signaleur pour lui demander comment les marathoniens passent à travers le stade. Pour celà, on va à contre courant. Le signaleur à failli faire une crise cardiaque en voyant un marathonien et un semi-marathonien avec une peluche dans le dos courant dans le sens opposé de la course... On l'a vite rassuré et il nous a expliqué qu'ils faisaient le tour par l'extérieur, qu'ils rentraient par l'autre côté et qu'ils ressortaient ici. Effectivement on voit quelques vrais coureurs sortir. Il ne reste plus qu'à attendre en espérant que notre duo ne soit pas encore passé... 2 minutes d'attente et voilà Cath et Pat au loin, quel timing mes amis !;-)

Lyon-20121007-00159.jpg

Lyon-20121007-00160.jpg


On prend le rythme et on encourage Cath. Ravito avant le passage dans le stade. Je préviens que je vais accélérer pour la photo et enfin le moment tant attendu, l'entrée dans le stade de Gerland !!!! Et bien, c'est moins terrible que prévu... Je fais vite la photo et Jonathan s'arrête pour me proposer de faire une photo de moi. Par hasard, un spectateur était là, le seul, l'unique dans le stade et il nous propose de nous immortaliser à 2 dans le stade ! Accepté ! Et voilà la photo qui deviendra mythique !

Lyon-20121007-00161.jpg

Lyon-20121007-00162.jpg

Lyon-20121007-00163.jpg


Bon, on va un peu arrêter d'emmerder les marathoniens qui sont quand même à leur 30ème kilomètre et on va aller rejoindre notre duo. Au pris d'un bel effort, on remonte jusqu'à eux et on prend leur rythme en se disant que 7 kms en plus ce sera déjà bien. 500 mètres plus loin, Pat qui a fait 80kms la semaine passée à l'Eco-trail (quoi ???? j'ai écrit quelque chose de débile??? oui, il fait le marathon, et alors ???) vient à côté de moi et me dit discrètement : « je ralentis, j'ai mes jambes qui souffrent »... Je peux bien comprendre maisà ce moment là ce que je comprend surtout c'est que si on veut que Cath soit accompagnée jusqu'à la fin, ce n'est pas 7 kilomètres qu'on va faire mais 13... Je regarde Jonathan et il a compris aussi qu'on vient d'exploser notre limite de crédits... Au milieu de tout ça Cath est dans sa bulle et gère son marathon de pied de maitre sans se soucier de se qui se trame autour d'elle. Commence donc une nouvelle course pour les 2 accompagnateurs. On ne connait évidemment pas du tout le parcours et donc quand on arrive à l'endroit ou on voit les autres coureurs revenir dans l'autre sens, on ne sait pas du tout pour combien de kilomètres on en a avant le demi-tour et ça me parait interminable. La seule qui garde le moral, c'est Cath ! Elle semble dans la forme de sa vie ! Je l'encourage plus pour m'encourager moi-même et je vais chercher ses ravitaillements pour pouvoir en prendre pour moi. C'est à mon tour de porter le mauvais dossard et les coureurs qui nous suivent me demandent si je fais le semi qui ne passe pas du tout par là... Au 37ème, j'aurai une petite pensée pour Mic qui est dans la même galère mais à Bruxelles grâce à un resto qui sort de nulle part :

IMG-20121007-00164.jpg


Après le demi-tour, on croise Pat, ce qui fini de rassurer Cath. Ensuite c'est Jean-Luc qui passe de l'autre côté. Au 40ème, on retrouve Annick, François et David. Un peu plus loin c'est Manu qui se joint au groupe. Cath monte un pont sans problème avec son groupe de supporters et on se dirige tout doucement vers l'arrivée. Voilà enfin la trémille prévue par les commentaires des années précédentes. La remontée va être terrible mais ça ne ralentira pas SuperCath qui a l'habitude de bien pire sur trail ! On tourne à gauche et on voit l'arrivée. Je ne suis pas sûr que les plus soulagés ne soient pas Jonathan et moi... Cath relance mais cette rue est longue, très longue et c'est vraiment à la limite qu'elle passera à travers la foule pour aller passer la ligne d'arrivée en 4h10 !!!!!! Marathon réussi !!! Et pari débile réussi par les 2 biesses types qui n'arrivent plus à marcher à côté;-)

 

2012-10-07 13.12.58.jpg


Pat finira en 4h25 suivi de près par Jean-Luc. Il ne reste plus qu'à attendre Laurent... Ses 2 supportrices sont impatientes de le voir arriver et il va mériter toutes les ovations en pulvérisant son record de plus de 30 minutes en 4h59 !!!!!!!!!!!!!!!!!!!! Le mieux que nous avons à faire dans ces cas-là, c'est d'aller au Quick, bien sûr ! De quand même prendre une douche et de gouter la bière de la brasserie à côté de l'hôtel. Ce qui fût fait !

Lyon-20121007-00165.jpg

Lyon-20121007-00166.jpg


Pour aller au resto du soir dans le vieux Lyon, on a mis une bonne heure pour faire... max, 2 kilomètres... Le bouchon, resto typique de Lyon a permis de remettre les réserves au bon niveau et de retourner dormir enfin correctement ! Et le lendemain, on pouvait rentrés fiers de notre weekend annuel ETE et prêts à recommencer au plus vite !!!!!

Bon, maintenant, j'arrête vraiment de déconner... enfin, je crois...

 

banner_2.JPG

banner.JPG

Commentaires

Trop fort les fous!! :-)

Écrit par : Pierre | 09/10/2012

Faudra un jour apprendre à dire "non" !

Écrit par : mamy | 09/10/2012

Moi, ça me piche :p

Écrit par : Cowmic!!! | 10/10/2012

Les commentaires sont fermés.