11/03/2013

9-10/3/13 : Blicquy – Chimay : Test grandeur nature…

Puisque je n’ai pas pu refaire mon week-end d’entrée « Braine-le-Comte/Boitsfort » par faute de non-organisation du Samedi, je me dois de refaire le week-end de test « Blicquy/Chimay » pour me rassurer !

Le but est donc de tester ma vitesse le samedi et accumuler les kilomètres le dimanche. Ca a l’air sérieux comme ça mais le but est aussi de retrouver les gens du Club le samedi et les autres connaissances le dimanche ! Tout ça avec la joie de retrouver E.T. après 2 semaines de garde chez Christophe. Il s’en est bien occupé ! E.T. n’a pas perdu l’habitude des longues sorties en ayant fait le trail des chevreuils suivi de celui des Joncquilles sur les 2 week-ends de prêt !

 

DSC_0053.jpg

Le premier rendez-vous est donc Blicquy. Ca fait bien longtemps que je ne suis plus arrivé sur une course pour m’y donner à fond et voir que sont devenues mes limites. Je le sens bien, le stress est là. Je tente de me la jouer décontracté mais je ne suis pas sûr que j’arrive à bluffer beaucoup de monde… Je n’ai pas beaucoup d’occasion de voir que mon entrainement marathon fait son travail. C’est même presque une des seules occasions… il ne faut donc pas passer à côté pour pouvoir engranger de nombreux points de confiance pour le jour M. Voilà tout l’enjeu du jour ! Heureusement, le Club avait amener de nombreux membres pour me faire penser à autre chose et pour trouver des accompagnants pour l’échauffement. On va revoir la dernière montée avant de se placer sur la ligne de départ et attendre le Go de l’organisateur. La pluie n’est pas là, le vent est raisonnable, la température juste bonne pour supporter la veste coupe-vent mais accepter le short, E.T. est prêt à s’accrocher pour tenir les 12kms à fond ! Go ! Yapuka !

 

1.jpg


Je pars un peu en zig-zag n’étant pas tout à fait dans les premières places. 1 kilomètre et j’arrive presque au bon niveau sans trop forcer. Je passe Jimmy et Stéphane et je rentre totalement dans ma course. Autre particularité de cette année, je n’ai pas mon cardio. Je me le tente coureur-aux-sensations. Premier faux-plat, je vois Guillaume dans le groupe devant. Je sais qu’il revient de blessure et donc il doit avoir la vitesse que je vise. Au dessus de la première montée, je rattrape le groupe et reste un peu derrière pour récupérer. Ce ne sera pas long car ils commencent à faire des zig-zag pour jouer avec le vent. Ca m’énerve. Je les dépasse et prend les choses en main ! Le groupe explose ! Je rentre en tête dans l’archéosite (et non l’archo-site…). La boue s’invite et je vais un peu trop vite. Je ressors toujours en tête mais pas pour longtemps. Guillaume me dépasse accompagné d’un autre. Je suis étonné sur sa forme après ses quelques mois d’arrêt. De mon côté, j’essaie de tenir mais je me rend bien compte que je dois récupérer de l’effort fourni. 30 secondes de récup et 200m de perdu. Je reprend le rythme et je le garderai jusqu’au bout sans pouvoir revenir sur mes prédécesseurs. Juste dans la dernière montée, je dépasse un coureur pour prouver que j’aime toujours quand ça monte ! Je passe la ligne et verdict : 3 min 50 sec/km !!! Objectif atteint !!! Je n’y crois pas ! Et officiellement, je fais du 3.47 ! ma vitesse mythique !

 

2.jpg

3.jpg

4.jpg


Il est temps d’aller voir ce que font les autres. Je redescends donc en sens inverse pour encourager les etéistes. Et il faut admettre qu’ils ne se défendent pas mal ! Je fini par refaire la montée avec Stéphane et Mic qui en sont aussi à leur deuxième passage aussi et Murielle qui en fini de son côté avec sa course heureuse aussi de progresser à nouveau sur course ! Il ne reste plus qu’à fêter ça avec Jonathan supporter du jour , les autres membres et surtout avec de la Tournay.

 

IMG-20130309-00273.jpg


C’est donc serein que je me couche tôt pour récupérer et être en forme pour aller voir la forêt de Chimay. C’est aux aurores que j’ouvre un œil et que je tente de m’organiser… mot toujours très difficile à trouver dans le dictionnaire du joggeur de base. Je me rend compte qu’il manque un bout de ma poche pour l’aquarius, que le système prévu pour le tuyau ne fonctionne pas, que je ne trouve plus E.T.,… je ne panique pas et trouve des solutions pour tout jusqu’à mettre la bouteille d’aquarius complète dans mon camelbag… ça fait super-pro ! Après une demi-heure de préparatifs, je regarde par la fenêtre… et là, vision d’horreur ! Il neige… déjà 3 centimètres sur les voitures quand je vais chercher la mienne ! Et bien, ça va être drôle ! Faut vraiment pas être tout juste pour partir avant le levé du soleil, sous la neige pour faire 35 kms dans les bois… Contre toutes attentes, la neige disparait après Charleroi et la température remonte un peu (c’est pas canicule non plus !). Arrivée sur place, je trouve directement FM et une délégation de Sonégiens. L’organisation est toujours aussi bonne. Petit déj’, toilettes, tonelle chauffée… On peut attendre tranquillement l’heure du départ en croisant les connaissances venues jusqu’ici : Olivier, Jeremy, Gregory... 9h20, on nous force à sortir pour aller courir. La motivation arrivera avec les premières foulées, pas avant !

Comme chaque année depuis 3 ans, je pars du fond du peloton pour faire la partie macadam à mon aise en remontant le peloton. Ça me permet de ne pas me griller tout de suite. On arrive dans les bois et, comme d’habitude, on y trouve la boue, élément essentiel de ce trail. J’ai déjà été reconnu par celui qui avait fait 5 ou 6 kms avec moi l’an passé et que j’avais dû laisser filer sur la fin. Je prend un petit rythme sympa et profites de ce décor toujours aussi beau et ce parcours roulant qui permet de balader sans trop devoir puiser dans ses réserves. Petite innovation, les 35 se séparent assez vite des 25. Bonne idée. On a plus de place. Malheureusement, on retrouve les 25 un peu après et ça devient assez technique pour dépasser. Pas qu’on s’énerve, on est sur trail quand même et à Chimay en plus donc c’est très bon enfant mais ça m’oblige à rester concentré. Ca me permet aussi de revoir FM et de croiser Christophe que je croise chaque année au même endroit. Et ça me permettra aussi de voir quelque chose qu'on ne voit que dans les vrais trails : une dame assise parterre avec un mal de genou au milieu des bois qui se fera portée par 2 coureurs jusqu'au prochain croisement avec une route pour qu'elle puisse se faire secourir. C'est bien triste pour cette dame mais quel beau geste et en voyant ça je sais pourquoi je reviens à Chimay ! C'est vraiment l'esprit du jour !

 

chimay.JPG


Premier ravito avec sa Chimay Blanche (et d’autres trucs mais je ne sais pas bien quoi ;-) ) et on quitte à nouveau les 25.

 

IMG-20130310-00275.jpg


Là, on est vraiment entre frappa-dingue et je dois admettre que j’ai de très bonnes sensations ! Un petit coup de mou vers le 21ème ou mon accompagnateur de l’an passé faiblira aussi mais je repartirais plus vite grâce à une ration d’Aquarius sortie du sac. Je prend donc un plaisir énorme à boucler ses 35 kms sans soucis en pensant à Mu lors du passage des barbelés et aux 3 sauvages de l’an passé en entendant les oiseaux siffler. Il me semble que l’an passé, ils n’étaient pas là effrayés par des blagues à 2 balles qui fusaient dans toute la forêt… Une fois le tour bouclé. J’ai pris mon repas gratuit que j’ai partagé avec les 2 etéistes du jour avant de rentrer content de la journée passée. On essayera de revenir l'an prochain !

Commentaires

... t'as mis la sauce ...

...

voilà, voilà ...

Écrit par : Japy | 11/03/2013

Vraiment cool cette course... Encore Bravo à toi :-)

Écrit par : Rohnny | 15/03/2013

Les commentaires sont fermés.