30/04/2014

27/04/14 : Albi... la pluie, le beau temps !

Ca faisait longtemps que je n'étais plus passé par ce blog mais un marathon reste quelque chose de spécial donc me voilà de retour pour vous raconter Albi, mon 14ème marathon !

 

IMG_0212.JPG

La qualité de l'affiche est tout à fait en lien avec la mentalité de ce marathon que j'explique ci-dessous. Elle n'est pas moche mais elle n'est pas jolie non plus mais ils sont contents et c'est bien le principal !

 

Pourquoi Albi me direz-vous ! Et vous aurez bien raison ! La seule réponse cohérente est : « Parce que c'est le 2ème plus vieux de France, pardi ! » et c'est hier que je me suis rendu compte que je ne savais pas lequel était le plus vieux, en fait... C'est Paris, pour votre info avec 2 éditions de plus au compteur. Et comme je ne veux pas faire Paris, le choix fût très correct !

Cette définition du marathon donnée par l'organisateur représente assez bien l'esprit du marathon d'Albi. Ils pourraient être les premiers, les meilleurs et tout et tout... mais non, de peu mais ils s'en foutent, ils sont heureux comme ça ! Et rien que cet état d'esprit a été apprécié à sa juste valeur !

J'ai commencé ma préparation à Boitsfort lors du 20kms et déjà ça partait de manière originale. Ce qui devait être un test pour connaitre mon niveau avant de me lancer dans la prépa, comme d'hab, fût tout autre chose et ce fût totalement voulu ! Ma première sortie à Enghien fût accompagnée par une étoile filante et ma dernière sur Enghien par un vanneau huppé... Mes sorties longues furent un trail déguisé en lapin avec Chantal Goya, le trail de Chimay fini en roue libre avec l'homme à la fleur et une sortie du côté de Limal avec une cycliste et pour finir 3 jours sur le chemin de Compostelle. Je n'avais clairement pas réappris à courir concentré sur mon sujet, dans ma bulle, au mental mais qu'importe. Une gène au genou droit à modifié encore un peu ce calendrier déjà suivi avec parcimonie. J'ai quand même fini par faire tout ce que je voulais bien que la prudence fût de mise. La dernière semaine fût utilisée à récupérer point de vue physique comme d'hab et pour arriver frais au départ.

Le soleil était bel et bien là quand on est arrivé à Albi mais au fur et à mesure des jours il nous a quitté... et c'est sous une belle pluie que j'ai été chercher mon dossard avec Joëlle qui elle ne prenait que son ticket pour la pasta-party puisqu'elle avait intelligemment fait une croix sur sa partition au marathon. Une fois le sésame en main, on a été voir les installations et après 2 pas dehors, on s'est fait accosté par un membre de l'organisation qui nous a parlé pendant 5 minutes de son organisation !!! Accueil chaleureux quoi qu'un peu surréaliste... et les installations dans le stade de rugby sont bien mais c'est pas le grand luxe. Les 2èmes meilleures installations de France, un peu... On retourne à l'hôtel tout préparer pour le lendemain et le soir nous revoilà au stade pour le repas d'avant course. Une tonnelle splendide qui doit être accueillante quand il fait chaud mais sous la pluie, c'est pas chaud. Le chanteur invité tente de chauffer la salle ! Ce qui nous donnera un grand moment de musique immortalisé dans la vidéo ci-dessous :

https://www.youtube.com/watch?v=kiye1RVXOas&feature=y...

 

Et oui, quoi de mieux que The Wall pour illustrer un marathon ???? Avec un énorme clin d'oeil à Japy !!!

 

C'est donc repus qu'on pouvait aller dormir. Tous les marathoniens ne pouvaient pas en dire autant vu le nombre de personnes à la pasta-party qui n'étaient pas de l'organisation... Mais pourquoi personne ne vient à la pasta-party ?? L'organisation pourrait s'en offusquer mais non... elle est bonne donc ils sont contents et ils ont bien raison ! Ca doit être la 2ème meilleure de France surement...

Le lendemain, les choses sérieuses commencent ! On part de l'hôtel avec un hôte en plus qui cherchait un taxi. Lui, il fait plutôt du long... 100kms... il visera sous les 3 heures aussi. Arrivé sur place, on trouve un énorme parking non indiqué. Ah oui, les Albigeois ont des problèmes avec les flèches et autres enseignes, c'est comme ça partout... donc ici aussi ! Mais c'est indiqué mais parfois la flèche est à l'envers... Ils sont bizarres mais tellement gentils ! Je fini par aller sur la ligne de départ sous les nuages mais au sec et avec ma supportrice! Même tactique qu'à Cheverny pour l'habillement et à l'heure voulue, on est lâché ! Je dois découvrir pourquoi il n'y a pas plus de monde sur ce marathon ! Pour l'instant, rien ne peut faire fuir un marathonien de base. Rien ne peut l'attirer avec certitude non plus mais bon... Je vais voir ce que réserve ce parcours.

10325330_767269196641396_283392879253580918_n.jpg

10308210_767269236641392_2590739087706360821_n.jpg

Je rentre assez vite dans ma course. Vitesse calée et passage en ville assez sympathique pour revenir au stade avec passage devant Jeanne d'Arc qui n'a rien à faire là mais que je salue quand même.

IMG_0215.JPG

Je suis bien, le retour au stade me permet de voir Joëlle qui est prête à aller courir de son côté avec le logo ETE dans le dos. Je suis content de voir qu'elle va pouvoir s'occuper pendant mon absence ! Je repars donc pour la boucle le long du Tarn. Petit à petit la route commence à descendre. Vu le fait que c'est un aller-retour, je croise donc la montée du 37ème connue de tous les forums. A partir de là, les ravitos ce succèdent de manière régulière et sont bien remplis et comme c'est un « petit » marathon, j'évite l'overstim pour avoir de la vraie boisson énergétique ;-) ! On n'est pas nombreux mais les autres sont sympas et on échange chaque fois un petit mot quand on se dépasse. Tout va pour le mieux sauf... que ça semble toujours descendre depuis le 13ème kilomètre !!!! et on est au 18ème !!!

20140428005941-ebba2bd1.jpg

On arrive au premier tunnel en longeant le Tarn. Le panneau indique 950m... Il n'est pas bien large et l'éclairage est succinct. Je rentre dedans et j'ai l'impression de rentrer dans le centre de la terre ! Ca semble descendre jusqu'au village englouti ! Vu la longueur, on ne voit pas le bout ! Un km dans cette ambiance très spéciale avec une guirlande de noël pour indiquer le semi-marathon... mais dans le noir, je n'ai pas le courage de déchiffrer mon temps... Je continue ma spéléo, c'est vraiment super original ! On en ressort et les premiers commencent à arriver dans l'autre sens ! Deuxième tunnel : 350m. Le garmin est évidemment hors course pour une moyenne sur la distance... Ca semble toujours descendre !! Et le vent semble être de face. Je me demande ce que va donner la remontée !!! J'arrive au bidon du demi-tour après le ravito du 25ème km avec le tapis pour être sûr qu'on a été jusqu'au bout. Et je me lance dans la remontée !... la remontée ??? mais ça descend !!!! J'hallucine ou quoi ??? ok disons que je n'ai pas fait attention dans les derniers mètres... je continue et je croise les autres. Retour du petit tunnel... et il descend et je prend le vent de face comme dans une soufflerie !!! Waou !!! Ca ce n'est pas drôle ! Je prie pour que l'effet ne soit pas le même dans le long tunnel ! Je ne comprend plus rien, la route semble toujours descendre... et voilà le long tunnel... pas de vent mais il est plat de chez plat !!! Comment j'ai pu avoir l'impression qu'il descendait si fort à l'allée ??? J'ai dû forcé pour aller plus vite sans avoir l'aide d'une quelconque descente alors !

20140427211112-d668bed4-me.jpg

Le passage au 30ème se fait avec le mental dans les talons. Une dame nous dit nos chronos : 2h06 et un chouia. Je sais qu'à Bruxelles j'étais en 2h07 donc c'est bien mais je pense que je vais devoir toujours monter donc je n'y crois pas une seule seconde. Je continue parce qu'il le faut bien mais jusqu'au 33, je suis un peu hors du coup. Au 33, je regarde ma montre et ça semble plus que jouable et ça ne remonte pas tant que ça ! Je ne sais toujours pas pourquoi mais tant mieux ! Je vais aller chercher cette montée du 37ème et on va le finir ce marathon ! La montée est bel et bien avalée mais ce n'était pas la seule... Une montée surprise arrive au 39ème et celle-là, elle me fait mal ! Et quand on n'a pas quelque chose à quoi penser lors d'un marathon, et bien ça devient physique ! J'ai pensé à beaucoup de monde pendant ce marathon mais je n'avais pas de "raison" de terminé cette fois-ci et ce fût une des plus grandes différences avec mes précédents passage sous les 3 heures... En plus, il commence à vraiment pleuvoir ! Pas comme les petites pluies rafraîchissantes que j'ai déjà eues lors des 40 premiers kilomètres. Là, c'est la drache ! Ça ne m'aide pas non plus et c'est un peu décomposé que je passe le 41ème kilomètre. Le concurrent qui me précède qui se rapprochait de manière régulière depuis 2 kilomètres semblent ne plus se rapprocher du tout ! Je ne le rattraperai plus... Je crains pour le passage sous les 3 heures car je sens que je faiblis sérieusement... Joëlle est à l'entrée du stade et je ne sais même plus lui faire un signe... Je regarde le chrono à l'entrée du stade : 2h57 et quelque chose... encore 500 mètres... et là, à l'entrée du stade, je me dis : « il va le refaire, ce con... il va repasser sous les 3 heures ! » C'est la première fois que j'y crois depuis le demi-tour ! Mes jambes sont détruites et je suis complètement vidé. Je suis le concurrent qui me précède et j'attends le passage de la ligne pour enfin pouvoir souffler. J'entends mon nom au micro et je sais que je suis sous les 3 heures, pas de beaucoup mais c'est passé et je me souviens de la photo de Cheverny ou j'ai l'air tout tranquille... Ce n'est pas le cas aujourd'hui ! J'ai dû aller le chercher bien loin !

20140427185120-2e282c31-me.jpg

10157342_767269696641346_6787221471841939913_n.jpg

Joëlle attend sagement que je me retrouve pour venir me féliciter. Je tente de manger un truc, je discute un peu avec mes compagnons de galère et je pars me changer car il ne fait pas chaud ! Une fois changé, je vais voir les douches. Il y a tout ce qu'il faut mais je passe directement au bar des coureurs. Je ne comprend toujours pas pourquoi il n'y a pas plus de monde sur ce marathon mais en même temps je ne comprendrais pas pourquoi on serait plus... Je suis content d'accrocher ce marathon à mon palmarès en tout cas et il aura été indécis jusqu'à l'arrivée !

 

IMG_0221.JPG

 

Vivement le prochain !

Commentaires

Bravo a toi pour cette nouvelle grande course. fier de toi :-)

Écrit par : rohnny | 03/05/2014

Je suis ravie d'être tombée sur ton blog!

Moi aussi j'adore le sport et le marathon donc je suis contente de trouver d'autres passionnés pour partager ma passion.

à bientôt,
Julie

Écrit par : passion du sport | 24/06/2014

Les commentaires sont fermés.