03/06/2015

Luxembourg : 30/05/2015 : Marathon : Une étrange expérience…

1012903_10206730573324997_8243951175847614561_n.jpg

L’an passé, lors du semi-marathon du Luxembourg, j’ai découvert qu’en 2015 ce serait la 10ème édition. Ayant participé à la première édition avec Japy en finissant tous les 2 sans marcher pour la première fois, le risque de revenir était grand… Par contre, j’ai tout de suite su que c’était le même week-end que les 20km de Bruxelles… J’ai donc pris les devants avec Joëlle et nous nous sommes inscrits sur le semi-marathon et sur les 20 kms de Bruxelles afin d’éviter d’être inscrits sur le marathon… et les 20km de Bruxelles. L’idée était déjà assez bête puisque le semi du Lux commence à 19h le samedi et les 20km à 10h le dimanche…

Nous étions donc prêts à nous amuser sur ces 2 courses lorsque Japy me téléphona début d’année. Il avait une proposition… Quelqu’un de son Club cherchait un lièvre pour faire un marathon en 4 heures et il avait pensé à moi !!! Flatté, j’accepte en demandant quand même sur quel marathon… ben… celui du Lux bien sûr ! J’ai dû réfléchir longuement et 2 secondes plus tard j’acceptais cette proposition plus que débile ! Fêter mon premier marathon réussi sur la 10ème édition de celui-ci en tentant d’y faire réussir quelque d’autre…. Et suivre le tout d’une ballade dans Bruxelles avec Maxi-ET ! Tout ça après un mois d’avril et Mai plus que chargé… Je décide de programmer ma pause de mi-année le 1er Juin et il ne reste plus qu’à attendre le jour M !

J’ai voulu courir avec mon binôme avant le Jour M mais ça c’est avéré impossible malheureusement et donc le vendredi soir en partant au Luxembourg, je ne connais pas encore Giuseppe. J’ai eu des contacts par mail et par téléphone avec son coach mais ce sera un peu du freestyle point de vue suivi sur course. Par contre, Giuseppe m’a offert un dossard VIP ING ! Je vais donc chercher mon précieux sésame sans faire la file au stand ING et accompagne Joëlle et Japy qui vont chercher leurs dossards normaux du semi-marathon ;-) . On profitera de la pasta-party puisqu’elle est offerte et on ira se reposer un peu.

11119428_825803304141415_380074877345419970_n.jpg

Le lendemain, je découvre enfin Giuseppe. Il est italien et on parle donc anglais… ce qui ne facilitera pas les encouragements mais ce n’est pas bien grave. Il en est à son 4ème marathon avec beaucoup de désillusions sur ses précédents… en plus, il aime à courir seul et il a encore beaucoup de questions à 9 heures du départ… Je tente de le rassurer et on se donne rendez-vous à 18h devant le hall de sport.

11351290_10206718846471833_685306670745503754_n.jpg

Je profite de l’invitation VIP au ING café avec Joëlle ce qui nous permet d’apprendre à remplir un sandwich et de déjà prendre 2 chapeaux oranges, vengeance de Vienne ;-) ! Retour chez Japy pour un peu de repos et les pâtes habituelles à 3 heures du départ. Le stress monte car il y a quand même un marathon à faire et je n’ai rien en main pour connaitre son déroulement ! On retourne au LuxExpo et après avoir laissé nos sacs, on retrouve Giuseppe prêt à en découdre. On se retrouve vite à 2 puisque Joëlle et Japy ont décidé de le faire délire en partant les derniers pour remonter le peloton…

Une nouvelle histoire de marathonien peut commencer ! J’ai Micro-ET à la ceinture pour son premier marathon. Giuseppe a une petite poupée fétiche accroché à son collant. Il a l’air calme et confiant. Un de ses amis vient l’encourager et finalement le départ est donné.

On marche jusqu’au tapis et c’est parti. 5min40/km c’est le deal ! Pas facile sur ce parcours car ce n’est pas super plat… On trouve pourtant rapidement le bon rythme et j’aide Giuseppe à trouver les espaces entre les groupes de coureurs du semi. Les marathoniens sont très peu nombreux. Je ne sais pas encore bien pourquoi mais je ne vais pas tarder à le savoir… On ne s’en sort pas mal et au premier ravito, je fais boire Giuseppe qui avait omis ce conseil à ses précédentes tentatives… Le soleil est bel et bien là et il fait bon. On entame la grande descente ! On accélère mais raisonnablement. Au pied, Joëlle et Japy nous dépassent dans leur folle remontée !

13ème, passage par un Parc. Les sentiers sont vraiment étroits et je sers de poisson-pilote à Giuseppe pour essayer de garder une vitesse constante en évitant les coureurs… On récupère à la sortie. J’ai l’impression qu’on gère ça bien et la séparation est proche. On sera bientôt quasi seuls et ce sera plus facile à gérer. Mon tomtom m’indique une moyenne de 5m40s/km. On aurait dû prendre un peu d’avance mais avec cette foule et la succession de montées et de descentes, je suis déjà bien content ! Les ravitos sont bien utilisés et Giuseppe semble aller ! Voilà la séparation.

On n’est pas si seuls que ça car il y a encore les teams avec nous qui ont de drôle de vitesse en fonction du relayeur… Giuseppe a sa vitesse et c’est gai de le voir dans sa bulle. On trouve toute sa famille au détour d’un quartier et les encouragements fusent en italien ! En plus il y a une boucle donc on les retrouve tout de suite ! Le semi approche ! Giuseppe demande à faire une petite pause. Pas de problème un arbre fait l’affaire. Encore un km et on arrive à un relais pour les teams. Giuseppe a besoin d’une vraie toilette ! Elles sont envahies par les relayeurs ! J’ai pris sa ceinture avec ses gels pour qu’il ait facile et je me retourne pour trouver d’autres toilettes. Quand je recherche Giuseppe, je ne le vois plus… Il doit être rentré dans une des 3 dixi… J’attends… Dans la première, ce n’était pas lui… dans la deuxième… non plus et quand un inconnu sort de la troisième je me liquéfie !!!! Mince ! J’ai ses gels, on est à peine à la moitié et je ne sais pas où il est !!!!!!! Et la foule est énorme dans cet endroit de relais !! Je décide de continuer et je trouve un ravito quelques centaines de mètres après. J’y bois, je réfléchis quand soudain il arrive du bout de la rue !! Fiesta !!! Je suis bien content !!! Je garde sa ceinture car s’il a mal au ventre ça ne l’arrangera pas et on repart. Il semble différent… On arrive juste au semi et mon chrono donne 2h05. On est hors chrono mais rien n’est joué. Pourtant, il sort petit à petit de sa course et la vitesse chute… Je ne le connais pas assez pour savoir si je peux le forcer à retrouver sa vitesse ou s’il vaut mieux le laisser récupérer… Mon rôle devient celui qui le forcera à passer la ligne d’arrivée… Il décide lui-même d’oublier le chrono et on part pour 20 bornes au mental !!!! De mon côté, le mental doit être là aussi car mon mollet mis à rude épreuve depuis 1 mois et demi commence à me le rappeler et le dénivelé du jour ne m’aide pas à le faire taire ! Et on n’est pas au bout de nos surprises !!! Au 30ème, la route s’incline vers le bas. On ne va pas aller de le ground au moins ??? et bien si !!! Et l’arrivée est tout en haut de la ville !!! Et bien vu l’état de notre duo, on va rire ! Le timing n’est pas respecté mais on s’en sort raisonnablement avec un 4h10 faisable si on tient ! La nuit envahie Luxembourg et donne une ambiance spéciale. C’est magnifique ! On retrouve les petites rues du centre et cette fois, c’est nous qui bloquons les gens des teams… la vitesse chute… les crampes arrivent chez Giuseppe… Le 36ème est passé et on arrive à la grande remontée vers le LuxExpo. Ca va être dur… Juste avant, j’ai eu droit à un moment surréaliste offert par mon duettiste italien (c’est ce mot qui est important ;-) ). Il accélère soudainement, ouvre sa veste et au passage des photographes, il sourit et lève les bras en montrant bien son dossard pour pouvoir retrouver la photo… et puis, il retrouve son rythme actuel fait de petites foulées qui, il espère, l’amèneront jusqu’à la fin. Tous le faux-plat sera fait en trottinant de la sorte. C’est impressionnant car je le sens au bord de la rupture mais il continue. On passe le 37ème en 3h50 ! A l’approche du 39ème, on tourne à gauche et la route s’élève encore… c’en est trop pour le mental de Guiseppe… il marche et le tendon de sa cuisse droite crie au fou ! Il ne repartira plus… Je tente de l’encourager mais je dois rester un peu dans ma bulle car mes jambes sont complètement mortes aussi… Les derniers kilomètres sont longs, dans la nuit et le vent à 5°C… la volonté de Giuseppe de finir n’en est que plus belle ! Au passage du 41ème, il retrottine et on finira à cette allure jusqu’au Luxexpo où on recevra enfin la médaille tant désirée ! Le chrono indique 4h40… La famille de Guiseppe est là et Joëlle est bien heureuse de nous voir enfin arriver ! Notre nuit se rétrécie de plus en plus… Je laisse Giuseppe à ses questions en le félicitant et je me change pour aller dormir à Limal… avant de se réveiller pour arriver à 8h15 à Bruxelles… Jacques Borlée nous y attend ! Mais ça c’est une autre histoire !

10463029_579084812194216_4981599049234097143_n.jpg

Que retenir de ce marathon ?

Surtout ne jamais faire le marathon du Luxembourg à fond avec ce nouveau parcours !!!! Il est complètement dantesque ! Mais il est magnifique !!! La ville est superbe la nuit avec tout ce monde.

Pour faire coach de quelqu’un sur marathon, il faut le connaitre et savoir comment lui parler. Je me suis trouvé fort dépourvu lorsque Giuseppe à faiblit. Je ne savais pas comment réagir sans risquer de faire pire que mieux. J’ai dû l’aider mais sans doute quelqu’un qui le connait mieux aurait pu l’aider plus.

C’est toujours impressionnant de voir un marathonien jouer avec ses limites… que ce soit à n’importe quel chrono ! Et on était 2 à jouer avec nos limites…

 

Le numéro 17 restera donc gravé comme un marathon spécial et comme une nouvelle expérience.

Commentaires

T.B....reste à apprendre à dire non...

Écrit par : L.Braive | 03/06/2015

Les commentaires sont fermés.